Covid19 : Colmar fait appel aux volontaires bénévoles soignants pour sa campagne de vaccination

La vaccination contre le Covid-19 pour les plus de 75 ans va débuter le 18 janvier en Alsace comme un peu partout ailleurs. Chacun s'organise comme il le peut. La ville de Colmar, elle, a choisi de faire appel à des volontaires bénévoles soignants pour faire face à l'afflux. Explications.

la campagne de vaccination débute lundi 18 janvier
la campagne de vaccination débute lundi 18 janvier © Kay Nietfeld / Maxppp

La campagne de vaccination continue de se déployer en Alsace. Après les résidents des EHPAD et les personnels de santé, les plus de 75 ans pourront recevoir leur dose de vaccin à partir du lundi 18 janvier, dans les centres dédiés. Une vingtaine de centres (1 pour 100.000 habitants) devraient y voir le jour.

Haut-Rhin et Bas-Rhin confondus, 160.661 personnes ont plus de 75 ans dans la région (source : INSEE – ARS 2017), les résidents des Ehpad compris. A Colmar, cette dernière catégorie de la population étant particulièrement importante (30.000 personnes sur l'agglomération), on compte sur un sérieux coup de pouce des bénévoles soignants.

 

"Un sacré challenge"

L'appel a été lancé lundi dernier par la ville de Colmar sur les réseaux sociaux. Un appel aux "infirmières, infirmiers et médecins, actifs ou retraités, à contribuer à la campagne de vaccination, selon leurs disponibilités." C'est simple, plus il y aura de volontaires, mieux ce sera tant le défi est grand.

Le centre de vaccination sera implanté au parc des expositions de Colmar, dans le hall 5, lieu historique du cabaret alsacien. Une autre façon de lever le coude ... 3600 doses de vaccin Moderna sont arrivées à l'hôpital de Colmar ce mercredi 13 janvier.

Il nous faut par jour 16 infirmiers/res et quatre médecins. Cinq jours par semaine

Guy Fuchs, médecin coordinateur centre de vaccination de Colmar

Guy Fuchs, médecin libéral à la "retraite active" comme il le précise est désormais le coordinateur de ce vaccinodrôme à la française. "Un sacré challenge".

D'ici lundi prochain c'est tout un système bien huilé qui va devoir se mettre en place. " Il y aura cinq ou six box de vaccination, une salle d'attente, un secrétariat informatisé, des salles de préparation ... sachant qu'il y aura deux vacations dans la journée, il nous faut donc par jour 16 infirmiers/res, quatre médecins ... cinq jours par semaine. Sans compter les informaticiens, les techniciens. C'est une grosse affaire tout ça oui."

Le hall 5 du parc expo de Colmar bientôt transformé en vaccinodrôme
Le hall 5 du parc expo de Colmar bientôt transformé en vaccinodrôme © Stéphanie Mallauran / FTV

L'appel vient d'être lancé. Difficile de savoir pour l'heure si les volontaires seront en nombre suffisants. "Moi, imaginez un peu, on m'a appris hier que j'en serai le coordinateur. Je n'ai pas hésité : action/réaction. Je découvre seulement aujourd'hui dans quoi je me suis réellement lancé : une course contre la montre. Heureusement je ne suis pas seul. On est toute une équipe. Autour de moi et ça me rassure je vois beaucoup de bonnes volontés et d'engagement ...  c'est chouette j'espère que cela continuera." 

Je découvre seulement aujourd'hui dans quoi je me suis réellement lancé : une course contre la montre.

Guy Fuchs

 

Lundi prochain, 18 janvier, 200 personnes pourraient y être vaccinées. " C'est ça le véritable challenge : le nombre. En fonction des flux, des rendez-vous pris en ligne, on fera acheminer matin et après-midi le nombre de flacons dont on a besoin et les vaccins seront préparés sur place. Au jour le jour. Il faudra s'adapter sans cesse."

 

Un travail de longue haleine

 

Un dispositif qui, selon le maire de Colmar Eric Straumann, devrait perdurer plusieurs mois. " C'est un travail de longue haleine, vacciner la population de notre territoire va prendre beaucoup de temps. L'agglomération colmarienne compte 250.000 habitants. Et puis regardez, tout cela nécessite une mise en place très lourde. La ville prête les locaux, le mobilier, le système informatique, une ligne téléphonique ... On fait de notre mieux pour aider l'Etat à assurer ces vaccins. Il faut tenir." 

Tenir "Jusqu'à ce que, précise Guy Fuchs, des vaccins unidoses, à conservation disons traditionnelle, arrivent sur le marché. Là les médecins généralistes prendront le relai." 

Guy Fuchs s'est fait vacciner hier. " Ho ben c'est comme d'hab" précise-t-il en riant. D'ici fin juin, en France, ce sont 8 millions de dose du vaccin américain Moderna qui devraient été distribuées.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société covid-19