Viol et assassinat de sa compagne, un Ghanéen condamné à 27 ans de prison en appel

Dickson Frimpong a été condamné en appel à 27 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de Colmar (Haut-Rhin), ce mercredi 7 février, pour le viol et l'assassinat de sa compagne, Sandra Baumann à Strasbourg, en 2019. C'est deux ans de plus que le premier jugement. Il a fait part de son intention de se pourvoir en cassation.

Le verdict du procès en appel de Dickson Frimpong est tombé ce mercredi 7 février 2024 en début d'après-midi. La cour d'assises de Colmar (Haut-Rhin) a condamné ce Ghanéen de 29 ans à 27 ans de réclusion criminelle pour le viol et l'assassinat de sa compagne, Sandra Baumann. La peine, conforme à la demande de l'avocat général lors de son réquisitoire, est donc alourdie de deux ans par rapport au procès en première instance, il y a huit mois. L'accusé a fait part de sa volonté de se pourvoir en cassation.

Les faits remontent au 18 avril 2019 à Strasbourg, jour où Dickson Frimpong est arrêté par la police dans son appartement strasbourgeois de l'avenue du Rhin. La police avait été alertée par un homme qui s’était présenté au commissariat de Strasbourg, affirmant qu’une de ses connaissances venait de tuer sa compagne à son domicile. Sur les lieux, les policiers découvrent le corps de Sandra Baumann, 25 ans, gisant ensanglanté dans la baignoire. Le corps présentait des dizaines d'impacts et de contusions dont une plaie mortelle à la gorge.

Plusieurs versions pendant l'enquête

Après avoir changé de versions plusieurs fois pendant l'enquête sur ce qu'il s'était passé ce jour-là, Dickson Frimpong reconnait finalement, devant la cour de Strasbourg, avoir tué sa petite amie. Il assure, cependant, qu'il n'en avait pas l'intention, ni de l'avoir violée, ce qu'il a soutenu encore aujourd'hui devant la cour de Colmar. Une bagarre aurait éclaté, selon lui, entre le couple avant le drame. 

Malgré la thèse soutenue par l'avocat de la défense, lors de cette dernière journée du procès, le prévenu n'a pas été innocenté de l'accusation de viol. Les juges ont confirmé l'intention d'homicide ainsi que l'obligation de quitter le territoire.

Sandra Baumann avait été placée en famille d'accueil dès l'âge de deux ans. Malgré cela, elle est décrite comme solaire et combattante par ses proches. Elle avait rencontré Dickson Frimpong alors qu'il était sans papier puis avait réussi à obtenir sa régularisation. Elle l'avait même présenté à sa famille adoptive. 

En 2023, 94 féminicides ont été commis en France, contre 118 en 2022, selon les chiffes communiqués par le ministère de l'Intérieur.

 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité