Haut-Rhin : un escape game sur l'incorporation de force pendant la Seconde Guerre mondiale fait polémique

Un jeu d'évasion, escape game, sur le thème des incorporés de force, ouvre ce samedi 28 mai au Schnepfenried. Le créateur du jeu, lui-même petit-fils de malgré-nous, veut ainsi mieux faire connaître ce pan d'histoire de la Seconde Guerre mondiale. Mais son projet ne fait de loin pas l'unanimité. 

Un "escape game" sur le thème des malgré-nous ouvre au public ce samedi 28 mai au Schnepfenried
Un "escape game" sur le thème des malgré-nous ouvre au public ce samedi 28 mai au Schnepfenried © Sebastian Scheffel

Il fallait oser : un jeu de rôle, grandeur nature, sur le thème des malgré-nous, ces soldats alsaciens et mosellans incorporés de force dans l’armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. 130.000 malgré-nous sous la bannière du 3e Reich, le tiers d’entre eux n’est jamais revenu.

Il fallait oser car, plus de 70 ans après les faits, le sujet est toujours hautement inflammable en Alsace. Le créateur du jeu en est parfaitement conscient. Il s’agit de Fabien Gaertner, 32 ans, comédien, metteur en scène et lui-même petit-fils de malgré-nous. "Les joueurs incarnent un malgré-nous qui s’évade d’un camp de redressement pour rejoindre la résistance", explique-t-il. "Il doit effacer toutes ses traces pour protéger sa famille."

Comme dans tout escape game, les joueurs ont un temps imparti (une heure, dans notre cas) pour résoudre des énigmes et parvenir à s’échapper. "C'est une expérience immersive, plus qu'un jeu", affirme le créateur. "On ne joue pas au soldat, on découvre ce pan de l'histoire en résolvant des énigmes élaborées à partir d'objets et de faits véridiques." Et contrairement à la plupart des jeux d'évasion, Forêtscape, c'est son nom, se déroule en plein air, au coeur d'une forêt, sur les hauteurs du Schnepfenried (Haut-Rhin).

Fabien Gaertner assume tout : le concept, la mise en scène, et surtout l’ambition de transmettre de cette manière au plus grand nombre cette histoire complexe et douloureuse. Car elle le touche au cœur.

Son grand-père, Edouard Grunenwald, a été incorporé de force à l’âge de 16 ans dans le RAD, le service de travail du Reich, puis dans l’armée allemande. "Il en parlait très peu. Mais quand j’avais 9 ans, un jour, alors que je jouais aux soldats avec mes cousins, il nous a raconté son histoire, ses souffrances, cette douleur d’avoir été incorporé de force puis considéré comme un traître à son retour du front en novembre 1945." Pour le petit-fils, le souvenir du récit est encore vivace. "Le plus dur pour lui, c’est quand il a été fait prisonnier 'allemand' par des soldats français", ajoute-t-il.

Alors, ce jeu d’évasion, c’est une façon pour Fabien Gaertner d’accomplir un devoir de mémoire : "Le sujet est un énorme tabou en Alsace. La question de savoir qui était vraiment un malgré-nous et qui ne l’était pas suscite toujours des débats. Et puis, cette histoire est totalement méconnue en-dehors de la région, il faut en parler."

Ce Forêtscape éphémère est aussi un hommage à son grand-père, décédé en 2007. Le jeu prend d’ailleurs place sur le vaste terrain du chalet de vacances d’Edouard Grunenwald.

Les joueurs incarnent un malgré-nous qui s’évade d’un camp de redressement pour rejoindre la résistance
Les joueurs incarnent un malgré-nous qui s’évade d’un camp de redressement pour rejoindre la résistance © Sebastian Scheffel

Associer jeu et incorporation de force peut scandaliser

Ce projet hérisse Bernard Rodenstein, fondateur et ancien président de l’association des Pupilles de la nation et orphelins de guerre d’Alsace (APOGA). "Associer un jeu avec l'intégration de force, c'est antinomique et scandaleux" s'exclame-t-il. "Ce drame est encore cuisant dans les mémoires des orphelins de guerre, profondément meurtris." Le présenter de manière ludique, "c'est juste insupportable à entendre."

"Qu'on essaie de créer des outils pédagogiques permettant à des jeunes de prendre davantage conscience de ce drame historique, entièrement d'accord" poursuit Bernard Rodenstein. Mais dans ce projet, selon lui, les avantages pédagogiques sont totalement balayés par l'aspect divertissant et mercantile. "Est-ce qu'on fera un jour un jeu sur la guerre d'Algérie ? ou les méfaits du nazisme" interroge-t-il.

Le jeu, comme moyen de médiation

Du côté du Mémorial Alsace Moselle, basé à Schirmek, ces critiques n’étonnent pas. "Elles étaient inévitables" estime Laurent Damelincourt, chargé de communication du mémorial. "C’est un sujet très sensible, il y a encore des témoins de cette histoire. D’autres connaissent des gens qui l’ont vécue, ce n’est pas facile de voir cela tourné comme un jeu, et je peux le comprendre." 

Une démarche délicate, mais pas interdite. "A titre personnel, je trouve que c’est un moyen de médiation très intéressant, mais cela demande une caution scientifique et historique valable, on ne peut pas faire n’importe quoi." Le Mémorial réfléchit également à élaborer un 'escape game' au sein de son musée, pour attirer les familles. Le projet est à l’état d’ébauche. En attendant, Laurent Damelincourt se dit "très curieux" de découvrir Forêtscape. Il a trois mois pour s’y aventurer, du 28 mai au 29 août.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire culture seconde guerre mondiale polémique société