Le trafic de l'aéroport de Bâle-Mulhouse s'approche de son record, avec 8,1 millions de passagers

L'aéroport de Bâle-Mulhouse renoue avec une hausse soutenue du trafic. Il enregistre 8,1 millions de passagers en 2023, ce qui représente 15% d'augmentation par rapport à l'année précédente. Pour autant, la direction se défend de faire une course forcenée à la croissance.

L'activité de l'EuroAirport semble avoir redécollé après plusieurs années de vache maigre. En 2023, 8,1 millions de passagers ont transité par l'aéroport, selon les chiffres dévoilés en conférence de presse ce lundi 29 janvier 2024. Trois ans plus tôt, en pleine crise sanitaire, ils n'étaient que 2,6 millions. La remontée est très nette, mais en dessous du record de 2019 (9,1 millions). 

Par rapport à 2022, L'EuroAirport enregistre une progression de 15%, elle était en moyenne deux fois moins élevée sur la période précédant la crise du Covid. Pour autant, il ne s'agit pas de viser toujours plus haut, comme le souligne le président du conseil d'administration, Luc Gaillet : "Depuis 2019, l'EuroAirport assure la connectivité aérienne du territoire Bâle-Mulhouse-Freiburg, en adoptant une démarche de développement durable".

Un équilibre à trouver

Concrètement, cela signifie qu'il s'agit pour l'aéroport de trouver un équilibre entre les intérêts économiques et les contraintes environnementales. "Nous ne cherchons pas un développement forcené de l'aéroport, par contre, nous répondrons à la demande des compagnies dans les règles d'exploitation, ce qui fait partie de notre mission de service publique". Pas question donc de retrouver le rythme de croissance de la période 2010-2019.

Il n'y a pas de course à la croissance à Bâle-Mulhouse

Luc Gaillet, président du conseil d'administration

L'EuroAirport n'a pas non plus vocation à devenir un hub, c’est-à-dire une plateforme de correspondance internationale comme le sont les aéroports de Paris ou Londres par exemple. Cet axe de développement pourrait devenir une cause de croissance supplémentaire. Or, comme le martèle Luc Gaillet, "il n'y a pas de course à la croissance à Bâle-Mulhouse". L'EuroAirport continuera d'assurer ses liaisons point à point sur l'Europe et le bassin méditerranéen, régions sur lesquelles se font la quasi-totalité des vols. 

Destinations les plus prisées

Sur la centaine de destinations proposées, les trois premières en termes de nombre de passagers sont Pristina (Kosovo), Istanbul (Turquie) puis Londres. Cette dernière a longtemps été en tête depuis Bâle, mais "en raison d'une forte présence d'une communauté kosovare en Suisse et en Allemagne, elle a été supplantée par Pristina en 2022 et 2023", commente Luc Gaillet.

Easyjet, malgré une légère baisse, reste encore la compagnie la plus empruntée. Elle représente 55% des parts de marché à l'EuroAirport en 2023. Le transport de passagers représente l'activité principale, aux alentours de 80 %, alors que le fret et l'activité industrielle ont enregistré un reflux. "C'est une baisse que connaissent tous les aéroports européens, entre 2022 et 2023, en raison d'une situation économique morose. On est à moins 6,6% en tonnage de fret sur l'ensemble de l'année 2023. On retrouve le niveau de 2019", souligne Luc Gaillet.

L’EuroAirport table sur 8,4 millions de passagers pour 2024, ce qui correspond à environ 92% du volume de l’année 2019.