Alsace : cadeaux de Noël, pourquoi certains professionnels redoutent une pénurie de jouets

En Alsace, face à la menace d’un reconfinement, de nombreux clients anticipent leurs achats de Noël. Selon certains professionnels, les ruptures de stocks de jouets seront plus importantes que les années précédentes.

La course aux cadeaux de Noël a déjà débuté.
La course aux cadeaux de Noël a déjà débuté. © Julio Pelaez/MaxPPP
Ne pas attendre pour faire ses achats de Noël, c’est le conseil de Franck Mathais, le porte-parole de la coopérative Jouéclub qui compte 9 magasins en Alsace. Stratégie de communication ou réalité ? Probablement les deux. Depuis la fin du confinement, le marché du jouet est en pleine croissance. "A la mi-août, plus de 80% des ventes perdues pendant le confinement ont été récupérées", selon une étude du cabinet NPD.

Et la période de Noël s’annonce florissante. Chez Jouéclub, depuis la rentrée, les chiffres de vente tutoient des records. Plus 30% en septembre par rapport à 2019, et jusqu'à 40 % le 12 octobre quelques jours après la parution du traditionnel catalogue de Noël. Une forte demande  liée, notamment, à l’incertitude du lendemain. Les clients anticipent leurs achats de Noël dans la perspective d’un possible reconfinement. "On l’entend tous les jours, les gens nous disent : « on ne sait pas comment cela va se passer, donc on vient plus tôt » ", affirme Judith Kramer, la responsable du Bonhomme de bois à Mulhouse. Dans sa boutique, les clients ont un mois d’avance par rapport aux années précédentes.

Le phénomène serait particulièrement marqué en Alsace. "Les Alsaciens ont déjà raté la période de Pâques qui est traditionnellement très importante. Il y a une frustration. Ils ne veulent pas manquer Noël", explique Franck Mathais, le porte-parole de JouéClub.

Ruptures d’approvisionnement 

Résultat, certaines références sont déjà en rupture de stock. C’est le cas par exemple des Lego Super Mario, les stars de cette fin d’année, déjà introuvables dans certains magasins. Chez Picwiktoys à Illzach, c’est la poupée Barbie Color Reveal qui se fait désirer. "C’est notre seule référence en rupture actuellement. Pour les autres, les fournisseurs parviennent à assurer les commandes normalement", indique le directeur Alexis Schall.

Si des réapprovisionnements sont prévus, il n’y en aura pas pour tout le monde car la crise de la Covid-19 et les protocoles sanitaires qui l’accompagnent ont diminué les capacités de production des fabricants. Sans oublier les difficultés de transport. "On aura des ruptures dix fois plus importantes que les années précédentes", estime Franck Mathais. D’autre sont moins alarmistes. "Chaque année, il y a des ruptures de stocks, cela fait partie du jeu, il y a toujours des surprises, un jouet qui cartonne et que l’on n’avait pas vu venir", raconte David Cucherousset, responsable du magasin Maxi Toys de Kingersheim.  

Des centaines de postes à pourvoir en Alsace

La bonne nouvelle, c’est l’emploi. Cette année encore, et en dépit de la Covid19, les magasins prévoient d’embaucher des saisonniers. Un millier de postes sont à pourvoir en France chez Jouéclub, dont une quarantaine pour l’Alsace. Des emplois polyvalents : réception de marchandises, mise en rayon et conseil au client. Des bras indispensables pour affronter la période la plus cruciale de l’année. Chez Picwiktoys, même discours, "On part sur une année normale, on va doubler l’effectif d’ici décembre soit une quinzaine de personnes supplémentaires".

Partout le recrutement a déjà commencé. "On est optimiste, c’est naturel chez les marchands de jouets, car nous, on croit au Père Noël", plaisante Franck Mathais. Mais la prudence reste de mise car tous les professionnels du secteur le savent, la période de Noël conditionne le chiffre de toute l’année. Un reconfinement en décembre pourrait tout changer
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
noël événements sorties et loisirs économie