"C'est une belle reconnaissance pour le métier", Sébastien Garrigue, souffleur de verre à Mulhouse, sacré Meilleur ouvrier de France

Sébastien Garrigue, installé à Mulhouse depuis dix ans, s'est vu remettre en juin 2023 le titre de Meilleur ouvrier de France dans la catégorie "soufflage de verre au chalumeau option perlerie". Au concours, il a présenté une parure inspirée du rite chamanique "Am stram gram".

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Parmi les 143 lauréats de la 27e promotion du concours des Meilleurs ouvriers de France (MOF), Sébastien Garrigue a obtenu, le 20 juin 2023, le titre de MOF dans la catégorie "soufflage de verre au chalumeau, option perlerie". Cet artisan de 37 ans a installé sa boutique à Mulhouse il y a près de dix ans. 

À l'annonce de son sacre, le souffleur alsacien n'en revient pas. "Je suis tellement fier. C'est une reconnaissance pour le travail accompli depuis toutes ces années, mais aussi pour le métier. C'est une consécration pour moi", sourit-il.

Ce titre de Meilleur ouvrier de France était pour Sébastien Garrigue la récompense ultime. Tant pour lui, que pour le métier de souffleur de verre au chalumeau. "Ça va permettre aux gens de comprendre aussi que ce n'est pas seulement une activité que l'on exerce au fond de son garage à ses heures perdues. C'est un métier qui demande de grandes compétences", affirme-t-il.

Cette motivation a participé au concours, il la tient de son ancien professeur Eddie Légus, souffleur de verre et couronné trois fois MOF. "Il faisait du chalumeau et de la verrerie artistique. Il a toujours été fasciné par les perles comme moi. Alors après mes études, on a gardé contact et il m'a poussé à passer le concours", se souvient-il.

Un thème comptines et berceuses 

Après s'être inscrit, le parcours jusqu'au titre suprême n'a pas été de tout repos pour l'artisan. Une première étape de qualification demande une présentation détaillée des techniques de soufflage de verre par chalumeau. "Il y a aussi une partie où l'on parle de nos points de vente et de la transmission du travail. J'ai souvent des stagiaires de mon côté qui apprenne ce métier peu connu de tous", précise Sébastien Garrigue.

En janvier, le jury du concours donne le sujet aux candidats : comptines et berceuses. "Nous devions faire une parure, c'est-à-dire trois pièces au minimum. Le thème n'était pas facile. J'ai mis près de trois mois à trouver exactement ce que j'allais confectionner et proposer", raconte-t-il.

Je voulais attirer l'œil du jury dès le début

Sébastien Garrigue, Meilleur ouvrier de France

Il tente de sortir de sa zone de confort et s'attelle à la comptine Am stram gram. "C'est tiré d'un rite chamanique scandinave très ancien. Et ce que j'aime c'est qu'il est encore utilisé aujourd'hui dans des comptines pour enfants. Il y avait matière à faire au niveau de l'aspect magique et nocturne". Dans un mode du soufflage de verre où tout le monde se connaît, Sébastien tente de se démarquer coûte que coûte.

Pour sa parure, il décide d'habiller ses perles de décorations nocturnes et mystiques telles que des plantes phosphorescentes, des loups et de la magie. "Il fallait concevoir une grosse pièce avec un effet de surprise. Je voulais attirer l'œil du jury dès le début de la présentation", affirme-t-il. 

Passionné par la minutie des perles 

L'univers du soufflage de verre n'était pas forcément une évidence pour l'artisan. "Au collège, j'ai tenté plusieurs métiers manuels. J'ai fait des stades en cuisine et en charpenterie, mais ce n'était pas forcément des choses qui me passionnaient. Puis j'ai dû me souvenir d'une émission sur un souffleur de verre que j'avais vu passer à la télévision, et je me suis lancé", se rappelle-t-il. 

Il passe un CAP de souffleur de verre en 2004 à Sarrebourg et un autre CAP de décorateur sur verre dans le même lycée. Entre les deux années, Sébastien Garrigue, découvre le soufflage au chalumeau. "On y retrouve certaines techniques du souffleur de verre classiques, mais on peut travailler plus précisément les coloris et les effets de profondeur sur les perles", constate-t-il. 

Pour Sébastien, les perles sont des "pièces exceptionnelles". "On prend le temps de les regarder. On peut les concevoir de façon à ce qu'elles représentent des univers grandioses. C'est un travail minutieux qui me passionne", confie-t-il. 

L'avantage du soufflage de verre au chalumeau est qu'il n'y a pas besoin d'un grand atelier pour exercer le métier. "Ça demande moins de matériel aussi. Donc après mes études j'ai pu monter un atelier rapidement".

Aujourd'hui Sébastien Garrigue possède une boutique à Mulhouse et croule sous les demandes des stagiaires. "Depuis le titre MOF, j'ai plein de candidatures qui arrivent. Ça fait vraiment plaisir". Dès son retour de vacances, il s'attend à devoir répondre à une forte demande, notamment avec le marché de Noël de Mulhouse sur lequel il tient un stand depuis 2006.