Coronavirus : en raison des infractions trop fréquentes, le couvre-feu à Mulhouse est prolongé jusqu'au 15 avril

Les rues de Mulhouse, au moment de l'instauration du premier couvre-feu, le 22 mars 2020 / © France Télévisions
Les rues de Mulhouse, au moment de l'instauration du premier couvre-feu, le 22 mars 2020 / © France Télévisions

Le 22 mars, le préfet du Haut-Rhin a instauré un couvre-feu entre 21 heures et 6 heures du matin afin de lutter contre la propagation du coronavirus. Mais face à l'usage abusif des dérogations, cette décision est prolongée jusqu'au 15 avril.

Par Claire Peyrot

Depuis le dimanche 22 mars, il est interdit de circuler à Mulhouse entre 21 heures et 6 heures du matin. Ainsi en a décidé le préfet du Haut-Rhin en accord avec la mairie pour lutter contre la propagation de l'épidémie de coronavirus. Mais cette décision était assortie de dérogations : ainsi, les trajets entre le domicile et le travail, l’approvisionnement dans des commerces alimentaires, les déplacements pour motif de santé pour urgence médicale ou pour motifs familiaux impérieux restaient possibles.

Trop d'infractions

Depuis cette date, les forces de l'ordre ont constaté "un usage abusif et détourné des attestations dérogatoires de déplacements aboutissant à des regroupements de personnes et le maintien de l’ouverture la nuit de plusieurs commerces" selon un communiqué publié par la préfecture du Haut-Rhin. Des infractions en "nombre limité", mais qui "entraînent une accélération de la propagation de l’épidémie du coronavirus sur le territoire alors que les établissements de santé atteignent leur capacité d’accueil maximale".

Pour cette raison, le préfet du Haut-Rhin a décidé, en accord avec la municipalité, de prolonger le couvre-feu à Mulhouse, jusqu’au 15 avril 2020.

Cette mesure implique l’obligation pour chacun de rester à son domicile à ces horaires. Elle nécessite toujours l’obligation de fermeture de tous les commerces, y compris alimentaires et livraisons à domicile, sur la période du couvre-feu.

Dérogations en cas de nécessité

Les motifs dérogatoires listés le 22 mars restent autorisés, "s’il sont absolument nécessaires et sur présentation des justificatifs habituels" précisent les autorités, à savoir :
  • les trajets entre le domicile et le travail, en particulier pour les soignants, agents des services publics et salariés qui finissent ou débutent leur travail pendant le couvre-feu. Pour cette raison, les transports publics conservent leur amplitude habituelle
  • les déplacements professionnels nocturnes strictement nécessaires tels l’approvisionnement des commerces alimentaires
  • les déplacements pour motif de santé qui ne peuvent être différés, pour les urgences médicales notamment
  • les motifs familiaux impérieux comme l’assistance des personnes vulnérables

Pharmacies, hôtels, pompes à essence des stations service, lieux d’hébergement et pompes funèbres sont les seuls services à rester ouverts la nuit.

Contrôles de police renforcés la nuit

La préfecture du Haut-Rhin précise que les contrôles de police seront renforcés la nuit, et rappelle le montant des contraventions :
  • Amende pour non-respect du couvre-feu : 135 euros
  • Amende en cas de récidive dans les 15 jours : 200 euros
  • Amende en cas de verbalisation à trois reprises en 30 jours : 3 750 euros et 6 mois d’emprisonnement.

Retrouvez toutes les mesures en vigueur à Mulhouse.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus