Fabian Jordan, réélu président de Mulhouse Alsace Agglomération sur fond de tension

Après un long débat destiné à susciter les discussions entre la ville centre et les communes alentours, l'actuel président de Mulhouse Alsace Agglomération est réélu avec près de 62% des voix. Un deuxième mandat qui s'ouvre sans avoir apaisé les tensions qui existent depuis trois ans.

Fabian Jordan a été réélu avec 61,7% des suffrages
Fabian Jordan a été réélu avec 61,7% des suffrages © Géraldine Dreyer - France Télévisions
Fabian Jordan a été réélu sans surprise ce samedi 11 juillet, avec 61,7% des voix à la tête de Mulhouse Alsace Agglomération (M2A). Une élection où seuls deux candidats étaient en lice, et qui aurait pu se dérouler rapidement. Mais la séance a pris des airs de débats dans l'enceinte du Parc expo de Mulhouse. L'assemblée a en effet tenu à interpeler les deux prétendants à la présidence sur leurs objectifs en matière d'économie, d'écologie, de soutien au commerce ou encore de mutualisation des moyens. Un peu comme si la campagne électorale s'était prolongée pendant encore une heure et demie.

Relations tendues entre Mulhouse et l'agglo

En cela, le candidat de dernière minute Thierry Engasser (déclaré 11 jours seulement avant le scrutin) a atteint son but : le maire de Hombourg voulait en effet susciter le débat et il y est parvenu. Mais le deuxième objectif de cette candidature n'a pas été atteint : elle visait à apaiser les relations entre la M2A et la ville centre de Mulhouse. Or, à l'issue de cette journée d'élection, on retient surtout que la hache de guerre n’est toujours pas enterrée entre le duo Michèle Lutz-Jean Rottner à la tête de Mulhouse, et le président Fabian Jordan. Cette mésentente dure depuis trois ans maintenant. Les deux parties s’écharpent sur la place que doit occuper la ville centre et elles campent sur leurs positions. Michèle Lutz a refusé ce samedi matin de siéger au sein de l’exécutif de l’agglomération. Une situation inédite.
Les discussions ont duré plus d'une heure ce samedi matin
Les discussions ont duré plus d'une heure ce samedi matin © Géraldine Dreyer - France Télévisions
Fabian Jordan avait succédé à Jean-Marie-Bockel à la tête de Mulhouse Alsace Agglomération en janvier 2017. C'est depuis cette période que le torchon brûle entre les deux entités, la ville et l'agglomération. En effet, à l'époque, le maire de Berrwiller ravit la place que convoitait Jean Rottner, alors maire de Mulhouse. Un souvenir que personne n'a oublié, et qui a des conséquences encore trois ans plus tard.  
Fabian Jordan et ses proches
Fabian Jordan et ses proches © Géraldine Dreyer - France Télévisions

Comme ce samedi 11 juillet, quand Michèle Lutz, la maire de Mulhouse, successeure de Jean Rottner, refuse de siéger aux côtés du président Jordan : un seul poste de vice-président pour Mulhouse la ville centre ? Inconcevable pour la première édile qui s'en est expliqué devant l'assemblée: "Considérer que la place de Mulhouse est de 1 sur 39, c'est considérer que les habitants de Mulhouse valent deux ou fois moins à vos yeux que les autres habitants du territoire. C'est sans doute pour cela que vous parlez de la pauvreté de Mulhouse dans vos textes de candidature en considérant que vous avez été solidaire en nous offrant l'aumône."

Un élu d'opposition dans l'exécutif

Alors qui parmi les Mulhousiens pour s'assoir à cette place ? La centriste Lara Million et l'écologiste Loïc Minery, tous deux responsables de groupes d'opposition au conseil municipal de Mulhouse, lèvent la main, presque surpris eux-mêmes de l'opportunité qui leur est offerte. L'assemblée élit le candidat écologiste. Il sera ainsi le seul élu mulhousien à siéger dans l'éxécutif aux côtés du président de l'agglomération. Une surprise autant qu'une anomalie parmi d'autres, qui ne satisfait pas Fabian Jordan, même s'il veut afficher un visage optimiste : "C'est une période difficile, que personne n'apprécie. On va travailler ensemble, avec la ville centre. On a l'intelligence collective et on va y arriver". Pourtant cela fait trois ans que personne n'y parvient.

Rien l'un sans l'autre

Pour le député Olivier Becht (Agir), "l'agglomération contre la ville-centre ou la ville-centre contre l'agglomération, c'est une situation qui ne peut pas perdurer, qui ne peut pas fonctionner. Chacun a la légitimité de ses électeurs, la ville de Mulhouse comme le président de l'agglomération. Il faut retrouver la voie du dialogue pour le citoyen". L'élu a proposé de geler les six postes de conseillers communautaires destinés aux Mulhousiens dans l’espoir d’une reprise du dialogue. Une proposition qui a calmé les esprits pour un temps. En attendant, la nouvelle mandature est mal engagée et les six prochaines années risquent d’être bien compliquées à mener.
 
La M2A en quelques chiffres
Surnommée la M2A, Mulhouse Alsace Agglomération regroupe 39 communes.
Elle a été créée le 1er janvier 2010 en réunissant la Communauté d’agglomération Mulhouse Sud Alsace (Camsa), la Communauté de communes des Colines (CoCoCo), la Communauté de communes de l’Ile Napoléon (CCIN), les communes d’Illzach, de Galfingue, d’Heimsbrunn et de Pfastatt.
Elle recouvre un bassin de 275.000 habitants, soit plus d’un tiers de la population du département du Haut-Rhin.
Le budget principal de la M2A pour l'année 2020 s’élève à 310.543.551 euros.
C'est la 20ème communauté d’agglomération française.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique agglomération économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter