• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Pêche à l'aimant : fauteuil roulant, coffre-fort, étoile Ninja, on trouve de tout à Mulhouse

Sur les quais du canal du Rhône au Rhin, les pêcheurs à l'aimant ont retiré plusieurs tonnes de métal depuis le début de l'été. / © Vincent Lemiesle, France 3
Sur les quais du canal du Rhône au Rhin, les pêcheurs à l'aimant ont retiré plusieurs tonnes de métal depuis le début de l'été. / © Vincent Lemiesle, France 3

Depuis quelques mois sur les rives du canal ou de l’Ill à Mulhouse, les pêcheurs à l’aimant se multiplient et rien n’échappe à leurs puissants aimants. Vélos, caddies, scooter, coffre-forts sont sortis de l'eau. Un inventaire à la Prévert parfois surprenant.

Par vincent.lemiesle

C'est devenu quasiment viral. Au bord de l'eau, ils sont de plus en plus nombreux à venir taquiner du bout de leur corde, non pas le gougeon, mais tout ce qui peut ressembler à de la ferraille. Ici pas d'hameçon mais un aimant qui débusque le moindre bout de métal. Le week-end, ils sont ainsi une bonne douzaine à se partager les quais mulhousiens, le long du canal Rhin-Rhône.

Parmi eux, Manuel, novice en la matière et néanmoins déja accro : "J'ai commencé cet été, au début du mois de juillet. Je viens au moins deux fois par semaine. En deux mois, j'en suis déja à une tonne de métal sorti du canal, entre vélos, caddies, trottinettes, scootersMa plus belle prise, c'est un coffre-fort, il y avait un diamant à l'intérieur...mais il était en plastique. La sensation de découverte était intéressante", poursuit ce pêcheur débutant dans un éclat de rire. 

Des tonnes de métal sorties de l'eau

Se laisser surprendre, pour le "fun", tout en espérant dénicher la trouvaille originale ou insolite, ça motive les troupes et ça peut justifier de rester des heures au bord de l'eau. Ludovic, débutant lui aussi, a dégoté sa "perle": une étoile de Ninja. Si vous ne saviez pas qu'il y en avait à Mulhouse, maintenant vous êtes au courant...
 
Une étoile de Ninja, un coffre-fort renfermant un diamant...en plastique, parmi les objets sortis de l'eau cet été. / © DR
Une étoile de Ninja, un coffre-fort renfermant un diamant...en plastique, parmi les objets sortis de l'eau cet été. / © DR

Mais l'important n'est pas forcément là. A en croire les adeptes de cette pêche aux tours parfois miraculeux, la question environnementale prime avant tout. "Je ne suis pas à la recherche d’objets rares. Je vois l’état de la planète qui se dégrade de plus en plus. Dépolluer, c'est ça qui m'intéresse", assure Manuel.

Ce que confirme Ludovic : "Je viens ici pour nettoyer le canal, il en a bien besoin". Plusieurs tonnes de métal ont ainsi été sorties du canal depuis le début de l'été par les pêcheurs à l'aimant. Parmi les objets remontés, les vélos remportent la palme, suivis par les caddies, les poussettes et trottinettes. Plus rares : les scooters, motos, paires de skis et... fauteuil roulant.
 
Un dépôt constitué par des tonnes de ferraille: vélos, caddies, poussettes et même paire de skis. / © Vincent Lemiesle, France 3
Un dépôt constitué par des tonnes de ferraille: vélos, caddies, poussettes et même paire de skis. / © Vincent Lemiesle, France 3
 
Un fauteuil roulant sorti du canal. L'histoire ne dit pas ce qu'est devenu son propriétaire... / © Vincent Lemiesle, France 3 Alsace
Un fauteuil roulant sorti du canal. L'histoire ne dit pas ce qu'est devenu son propriétaire... / © Vincent Lemiesle, France 3 Alsace

Un obus aurait même été repêché à Huningue, au sud de Mulhouse. Dans ce cas-là, Manuel est formel "il faut appeler les autorités et sécuriser la zone". Ludovic, qui a trouvé des munitions, confirme qu"'il ne faut prendre aucun risque"
 
Du côté de la préfecture du Haut-Rhin on met en garde les adeptes de la pêche à l’aimant contre les manipulations de munitions en raison "des risques d’explosion" ou de "fuites d’agents toxiques". Mais pour l'instant aucune disposition légale ne vient encadrer cette pratique. Ce qui n'est pas forcément le cas dans d'autres départements, comme la Somme, l'Eure ou le Morbihan, par exemple, où la pêche à l'aimant est illégale si elle est effectuée sans autorisation administrative.

Dépolluer les cours d'eau, et après ?

Promenez-vous sur les quais, de part et d'autre du port de plaisance et vous verrez ces amas de ferraille hétéroclites s'entasser au gré des trouvailles, jalonner les rives du canal. Manuel l'assure, il prévient la ville pour éviter que les produits de sa pêche ne traînent sur la voie publique : "J'utilise l'application Allo Proximité, ça fonctionne très bien à Mulhouse. Je fais un mail comme quoi j’ai sorti des objets du canal et les services compétents viennent ramasser dans le courant de la semaine". La municipalité joue le jeu, selon lui : "Il y a pas de mal de gens qui viennent pêcher, sur Mulhouse on est une douzaine".
 

Un moment de détente

"Sentir les vibrations de l’eau, de l’objet, de l’aimant qui accroche et qui décroche, c'est un moment de détente et de déconnexion. Ça permet de sortir du quotidien, de se vider la tête", confie Manuel. "C'est la tendance du moment, j'ai vu un youtubeur, je m'y suis mis, pour le plaisir", explique quant à lui Ludovic. Un loisir avant tout, donc, et à la portée de toutes les bourses puisque le budget moyen s'élève à 50 euros. "Une paire de gants pour éviter de se bruler les mains, un aimant, une corde de 20 mètres et la petite spatule qui permet de décrocher, le tout pour 45 euros", détaille Manuel. Les plus aguerris complètent la panoplie par un grappin et un deuxième aimant pour les prises récalcitrantes.
 
Le geste auguste du pêcheur à l'aimant / © Vincent Lemiesle, France 3
Le geste auguste du pêcheur à l'aimant / © Vincent Lemiesle, France 3

Sur le même sujet

Tournesol géant

Les + Lus