Refus d'obtempérer à Wittenheim : soupçons de fracture du bassin pour l'un des policiers, percutés volontairement par le conducteur en fuite

Un refus d'obtempérer qui vire au drame. Trois policiers blessés et choqués d'avoir été violemment percutés par un automobiliste en fuite. Le procureur de Mulhouse a ouvert une enquête.

Un choc d'une grande violence. L'avant du véhicule de police est en lambeaux. Les trois policiers ainsi que le conducteur ont été admis à l'hôpital pour de grosses blessures et des suspicions de fractures.

Tout a commencé vers 6h40 samedi 11 mai, sur la commune de Mulhouse. Des policiers de Mulhouse en patrouille constatent une conduite hasardeuse. Ils passent la plaque d'immatriculation au fichier national des véhicules et se rendent compte rapidement que le véhicule n'est pas assuré.

Voulant procéder à son interpellation, ils sortent alors le gyrophare. Le conducteur passe outre et accélère sur le pont de Bourtzwiller. Il prend alors la direction de Kingersheim. 

D'autres policiers sont appelés en renfort, notamment une voiture de police du commissariat de Wittenheim qui arrive dans l'autre sens. Arrivé au rond-point du Kaligone, le conducteur l'emprunte dans le sens inverse et percute frontalement les policiers de Wittenheim. "Le choc a été très violent, il n'y a pas de traces de freinage du conducteur, il a foncé délibérément sur nos collègues", explique Saïd Boussour, responsable du syndicat de police Alliance 68, également officier de police judiciaire (OPJ) à Mulhouse.

Les policiers blessés réussissent à s'extirper de leur véhicule et à interpeller le conducteur, très violent. Les pompiers arrivés sur place ont pris en charge les trois policiers et le conducteur.

Soupçons de fractures pour un policier et le chauffard

Un des policiers, le chef de bord, est encore en train de passer des examens, il est dans une coque parce qu'il a une suspicion de fracture du bassin et des jambes. Un autre policier souffre de blessures superficielles (dermabrasions sur les jambes et bras), le troisième a peu de blessures, il s'agit d'un policier de la réserve nationale. "Tous trois sont très choqués par la violence du choc frontal, tous les airbags se sont déclenchés", précise Saïd Boussour.

Le conducteur a été contrôlé positif aux stupéfiants et à l'alcool, il a 38 ans, réside à Mulhouse et est défavorablement connu des services de police pour des délits de conduite.

Il est mis en garde à vue pour tentative d'homicide volontaire sur personnes dépositaires de l'ordre public, pour refus d'obtempérer aggravé par la mise en danger de la vie d'autrui, pour défaut de maîtrise (de son véhicule), pour défaut d'assurance, pour rébellion et pour conduite sous l'emprise de stupéfiants aggravée par l'alcool.

La garde à vue du conducteur a été levée à 11h47, le temps de son transfert à l'hôpital, il a une suspicion de fracture à la hanche et saigne au visage. Sa garde à vue sera reprise quand il sortira de l'hôpital.

Le procureur de Mulhouse est en charge de l'enquête judiciaire.