VIDEO. "Ne faites pas uniquement gaffe à ceux qui salissent le quartier", des jeunes d'un quartier prennent le contre-pied des violences urbaines

durée de la vidéo : 00h01mn50s
Au lendemain des nuits de violence et des dégradations aux Coteaux à Mulhouse, des jeunes publient sur les réseaux une vidéo dans laquelle ils mettent en avant le travail de ceux qui embellissent leur quartier. Les messages de soutien affluent. ©France télévions

Au lendemain des nuits de violence et des dégradations aux Coteaux à Mulhouse, des jeunes ont publié sur les réseaux une vidéo dans laquelle ils mettent en avant le travail de ceux qui embellissent leur quartier. Les messages de soutien affluent.

C'est une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux depuis quelques jours. Au lendemain des violences urbaines, des jeunes ont préféré attirer l'attention sur les actions positives de leur quartier, celui des Coteaux à Mulhouse.

Leur vidéo postée sur la page Facebook du centre socio culturel a été reprise maintes et maintes fois, notamment sur TikTok. Elle cumule des centaines de milliers de vues à la surprise de Marco Gibault et Yassine Adam, ceux qui en ont eu l'initiative. 

Au-delà des vues, c'est aussi la teneur des messages de soutien qui leur fait chaud au cœur : "Félicitations à cette belle jeunesse !".

Une autre façon de rendre justice à Nahel

Yassine Adam est né à Mulhouse aux Coteaux. Ce quartier de 10.000 habitants n'a pas échappé aux violences urbaines des derniers jours et à leur lot de dégradations. Un choc pour le jeune homme : "Je peux comprendre la colère, mais il y a d'autres façons de rendre justice pour Nahel".

Devant l'arrêt de tram calciné, Yassine Adam explique : "Ma mère utilise le tram pour aller au travail. Le fait qu'il n'y ait plus de tram, c'est compliqué". Pour le jeune homme, rendre hommage à Nahel pouvait se faire de manière différente : "Je pense à une marche blanche, une cagnotte pour la mère de Nahel". Pour lui, indéniablement, tout détruire n'était vraiment pas la bonne solution.

Embellir le quartier

Avec Marco Gibault, éducateur-animateur aux Coteaux, ils décident de faire une vidéo pour prendre le contre-pied des dernières heures : "On s'est dit que montrer quelque chose de positif, ce serait bien. J'ai proposé à Yassine et il a tout de suite adhéré. Il connait nos valeurs, des valeurs de solidarité et de valorisation du quartier".

Dans la vidéo mise en ligne, on découvre ainsi Yassine devant ce fameux arrêt de tram calciné. Les yeux plantés dans la caméra, il annonce : "Moi, j'ai un message à vous faire passer : ne faites pas uniquement gaffe à ceux qui salissent le quartier".

Il tourne le dos à la caméra qui lui emboîte le pas. Le jeune homme nous conduit au rez-de-chaussée d'un bloc où une petite dizaine de jeunes est en train de réaliser une fresque. Yassine s'adresse une nouvelle fois à la caméra : "Il y en a d'autres qui sont là pour embellir le quartier".

La vidéo fait rapidement le tour des réseaux sociaux et les commentaires sont unanimes : "Très belle fresque, nos jeunes ont du talent ! Il faut le faire remarquer", "Super message et très belle initiative", "Un beau partage d'espoir".

Ces messages vont droit au cœur de Yassine : "Ça me fait très plaisir !". Marco enfonce le clou : "C'est vrai que cela fait plaisir, ça valorise les personnes comme Yassine, les jeunes. Il n'y a pas que du négatif et quand on est acteur social sur le quartier, c'est beau".

"Aux Coteaux, il y a des gens valeureux"

Éducateur-animateur au centre social AFSCO à Mulhouse, Marco Gilbault ne vit plus aux Coteaux, mais il connait très bien ce quartier : "C'est un quartier bien vert, il y a de la joie de vivre. C'est sûr que tout n'est pas rose, mais il y a des gens valeureux qui se lèvent tous les matins, qui vont travailler. Il y en a d'autres qui essaient de s'en sortir par le sport, la musique ou les arts. C'est un quartier accueillant. Il y a une bonne mixité sociale, les filles et les garçons se côtoient. Beaucoup de projets émanent directement des habitants".

Ce qui s'est passé dans les heures qui ont suivi la mort de Nahel ne l'étonne guère : "La délinquance, c'est un phénomène qui frappe partout, et même parfois dans les campagnes ! Nous, éducateurs, on fait avec. On a tendance à valoriser les jeunes que l'on considère comme des personnes à part entière. On ne va pas leur coller des étiquettes".

Mais il insiste, "ce sont des évènements déplorables : Nahel ne devait pas mourir et derrière, la France n'avait pas à brûler comme elle a brûlé, les magasins ne devaient pas être pillés. Nous, à notre niveau, on essaye de prévenir que chaque acte qu'ils font aura des conséquences". Et si les actes sont bons, les conséquences le seront aussi. La preuve.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité