Pourquoi les Haut-Rhinois doivent désormais composer le 15 pour joindre un médecin la nuit ou les week-ends

Face à la baisse du nombre de généralistes dans le Haut-Rhin, le système de garde des médecins est réorganisé depuis avril 2024. Ils sont désormais moins de médecins mobilisés la nuit et les week-ends, mais la population doit systématiquement appeler le 15 pour être correctement orienté vers une consultation.

"Si je pense devoir consulter un médecin en dehors des heures d'ouverture de mon médecin traitant, je compose le 15." Voici la nouvelle règle d'or pour les habitants du Haut-Rhin depuis le printemps 2024. Il s'agit d'une réorganisation des gardes de médecine générale voulue par l'association départementale de la permanence des soins ambulatoires (Adops 68). "L'idée est de mieux flécher le parcours du patient qui ressent le besoin d'avoir un avis médical la nuit ou le week-end", résume le docteur François-Xavier Schelcher, président de l'Adops 68.

Il n'est donc plus question de se rendre aux urgences ou au cabinet médical de garde sans avoir appelé le numéro d'urgence médical. Au téléphone, le médecin régulateur orientera le patient au bon endroit. Les personnes rencontrées à la maison médicale de Fréland (Haut-Rhin) sont plutôt compréhensives. "C'est plus pratique, car on a toujours tendance à se repérer sur les urgences, explique Christophe. J'ai trois enfants et on a souvent besoin de faire appel au médecin de garde la nuit."

Petit bémol malgré tout pour les patients. Chaque nuit ou week-end, il n'y aura plus 26, mais 10 médecins de garde dans le département. Ils auront à leur charge un plus large territoire. Et les habitants devront se déplacer davantage. "Il faut que je sois en état de conduire pour me déplacer chez le médecin", s'inquiète Françoise. "Une fois, le médecin était à La Baroche, à 25 minutes de route. Ça fait loin", raconte Christophe.

Pénurie de médecins

L'Adops, qui promet que chaque habitant sera à moins de 30 minutes du cabinet de garde, a été contrainte de regrouper les secteurs de garde par manque de médecins. "Cela permet d'alléger le nombre de gardes que chaque médecin a à effectuer chaque année, et d'utiliser au mieux la ressource médicale qui devient rare dans le département," explique le docteur Schelcher. Le Haut-Rhin a en effet perdu 10% de ses généralistes en 10 ans, pour atteindre 594. La population de praticiens est vieillissante : 38% d'entre eux ont plus de 60 ans.

Le Haut-Rhin affiche en outre une densité de médecins généralistes plus faible que la moyenne : 77 pour 100 000 habitants, contre 83 en France métropolitaine. Les médecins volontaires pour les gardes sont moins nombreux, et les tours de garde plus fréquents.

La nouvelle organisation divise par deux le nombre de gardes pour les médecins, qu'ils effectuent en plus de leur travail habituel. La docteure Julia Martin, installée à Fréland, réalisait deux nuits par mois et un week-end tous les deux mois. "Ce sont des week-ends où on sait qu'on va beaucoup travailler, les lendemains ne sont pas forcément faciles, mais le point positif, c'est qu'on en fera moins qu'auparavant." Le nouveau système permet d'économiser 50 000 heures de garde.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Grand Est
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité