• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

53 armes retrouvées lors des interpellations de ce mercredi dans la Marne et en Haute-Marne

Le procureur de la République de Chaumont, Frédéric Nahon (ici à droite) lors de la conférence de presse de ce jeudi 10 janvier. / © Brice Bachon / France 3 Champagne
Le procureur de la République de Chaumont, Frédéric Nahon (ici à droite) lors de la conférence de presse de ce jeudi 10 janvier. / © Brice Bachon / France 3 Champagne

Lors d'une conférence de presse tenue ce jeudi 10 janvier, le procureur de Chaumont a apporté des précisions suite aux interpellations de la veille. Plusieurs dizaines d'armes ont été retrouvées et 9 personnes seront prochainement présentées à un juge.
 

Par Raphaël Doumergue avec Brice Bachon

Mise à jour : Jugées en comparution immédiates, 8 des 14 personnes interpellées ont été condamnées.


Sur les 14 personnes interpellées ce mercredi 9 janvier, 9 seront présentées à un juge ce vendredi matin. Ces interpellations font suite aux perquisitions réalisées dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte pour des faits de participation à un attroupement armé et violences sur agent de la force publique le 19 novembre dernier, en marge du mouvement des gilets jaunes.

Elles sont accusées de violence aggravée sur les forces de l'ordre, d'utilisation d'armes, d'attroupement armé, d'entrave à la circulation et de dégradations de biens.

Les principaux instigateurs seraient issus de la communauté des gens du voyage.

Lors de l'opération de police judiciaire effectuée sur les communes de Perthes (52) et Sapignicourt (51) plus de 50 armes ont été retrouvées. Ne détenant pas de permis de port d'armes, les personnes présentées demain matin le seront également pour détentions illégale d'armes de catégorie C.
 
Plus d'une cinquantaine d'armes ont été retrouvées lors de l'intervention des forces de l'ordre ce mercredi 9 janvier. / © Gendarmerie Nationale
Plus d'une cinquantaine d'armes ont été retrouvées lors de l'intervention des forces de l'ordre ce mercredi 9 janvier. / © Gendarmerie Nationale


Par ailleurs, Frédéric Nahon, le procureur de la République de Chaumont a justifié la présence de 400 gendarmes afin d'éviter tout débordement et sécuriser les interventions d'hier car l'affrontement initial du 19 novembre avait été très tendu et avait duré plusieurs heures.

D’autres personnes sont actuellement encore recherchées. Les interpellés risquent jusqu’à 10 ans de prison.
 

Voir l'intervention de notre journaliste Brice Bachon :

A lire aussi

Sur le même sujet

Cette vidéo est indisponible pour le moment.

Bande-annonce : Ensemble, c'est mieux !

Les + Lus