"Des grêlons gros comme des balles de golf" : des blessés et de nombreux dégâts après un orage dans un village de Haute-Marne

Des grêlons "gros comme des balles de golf" se sont abattus au cours d'un orage survenu ce jeudi 24 août, en fin d'après-midi. On rapporte au moins deux personnes blessées à Arc-en-Barrois (Haute-Marne), ainsi que des dégâts conséquents.

C'est un véritable déluge de grêle qui s'est abattu à Arc-en-Barrois (Haute-Marne). Il est survenu en milieu d'après-midi, ce jeudi 24 août 2023. 

L'épisode orageux s'est produit en pleine alerte orange de Météo-France. Des risques de chutes de grêle étaient à prendre en compte. Un relevé de la station de Bassigny (Haute-Marne) indiquait des rafales à 131 km/h. 

Les pompiers ont rapporté à France 3 Champagne-Ardenne qu'un homme qui intervenait sur son toit a essuyé la chute des grêlons et est tombé. Il a fait une chute de dix mètres et a été gravement blessé (voir la taille des grêles sur la vidéo tweetée ci-dessous). 

Le maire, Philippe Fréquelin, a quant à lui rapporté à France 3 qu'une dame d'à peu près 80 ans avait été blessée en tentant de rentrer son linge qui séchait à l'extérieur. Elle a été heurtée par les grêlons et transportée à l'hôpital, mais son pronostic vital n'est pas engagé. 

De gros dégâts

Les dégâts sont conséquents. "La grêle a dégradé beaucoup de choses : toitures, voitures... dans quasiment toute la commune." Certains des grêlons "étaient encore plus gros que des balles de golf. La salle des fêtes a été touchée, elle est inutilisable."

Outre le centre équestre, le camping serait "le plus touché à l'heure actuelle. Même les caravanes ont été endommagées. J'ai dû ouvrir le préau de l'école pour accueillir certaines personnes." Ce camping est l'un des poumons économiques du village, peuplé par 700 âmes (visible sur la carte ci-dessous).

Une population sous le choc

Le déchaînement des intempéries a pris tout le monde de court. Barbara Algan, boulangère arquoise, raconte à France 3 Champagne-Ardenne que "le ciel s'est couvert, il est devenu tout noir. Il a commencé à pleuvoir doucement. Puis à y avoir quelques grêlons. Et d'un coup, il s'est mis à tomber des balles de tennis. Ça a duré cinq minutes." (voir la destruction du pare-brise d'une touriste anglaise dans la vidéo ci-dessous)

durée de la vidéo : 00h00mn06s
La grêle étoile le pare-brise d'une touriste. ©Erica Schwiening

"Dans les rues, on aurait dit qu'il y avait eu la guerre. Toute la mousse des toits était tombée. Il y avait des tuiles par terre. Les pare-brises ont été éclatés, les voitures grêlées... Le plus malheureux, ce sont les serres : il n'en reste rien, tous les toits en verre sont cassés. C'est une catastrophe." 

"On a eu peur. On a encore peur. Que le toit s'écroule, de jouer notre vie si on est dehors sous la grêle à ce moment-là... On a eu le réflexe de rester à l'abri. On a vu passer la gendarmerie, les pompiers, le samu. Je n'avais jamais vu ça."

Commence le long temps du balayage des rues, et de l'intervention des couvreurs en nacelle pour replacer les tuiles pouvant l'être. Les assurances devront suivre...

Le secrétaire général de la préfecture de la Haute-Marne s'est rendu sur place pour constater les dégâts avec le maire et s'entretenir avec les pompiers. La préfète, Régine Pam, a suivi en début de soirée.

L'heure était au bilan, durant la matinée du vendredi 25 août. Outre les précédentes destructions rapportées dans cet article, la mairie a également été endommagée, selon la préfecture. De même que la gendarmerie, l'ehpad, une usine de fusibles, et une boulangerie. La priorité est de bâcher tous ces bâtiments pour empêcher les infiltrations d'eau et inondations.

Diverses maisons ont déjà subi des dégâts des eaux à cause des chutes ou perçages de tuiles. De nouvelles intempéries sont à craindre, avec le passage du département en alerte orange aux orages à compter de 16h00.