Haute-Marne : les supporters du Chaumont Volley-Ball à l’honneur dans un documentaire réalisé par un jeune Haut-Marnais

Alors que les volleyeurs du CVB 52 se préparent à reprendre le championnat, le Haut-Marnais Arthur Brousmiche et sa société Art’istic production dévoilent un documentaire ambitieux pour les 10 ans de la Jeunesse chaumontaise.

Dix années sans jamais rien lâcher”. C’est le titre du documentaire mis en ligne ce 23 septembre sur les réseaux sociaux. Quarante minutes d’images et de témoignages qui retracent les 10 ans d’existence de la Jeunesse Chaumontaise, l’un des groupes de supporters du CVB 52. La vidéo est 100% haut-marnaise, puisqu’elle a été réalisée par Arthur Brousmiche, originaire de Semoutiers près de Chaumont.

Pour nos 10 ans, on voulait vraiment marquer le coup, raconte Rémi Dupuis, l’un des membres fondateurs de la Jeunesse Chaumontaise. Mais avec le covid et les matchs à huis clos, impossible pour nous de fêter ça dans les tribunes. Alors on a sollicité Arthur pour qu’il immortalise le moment.

En 2011, la Jeunesse Chaumontaise n’est qu’une petite bande de copains, pas forcément adepte du volley. “Au départ, on allait mettre l’ambiance dans les stades de foot, se souvient Rémi Dupuis. Puis un soir, un ami nous a emmené à Jean Masson voir les volleyeurs. Dès le premier match, on a accroché.

“On était 6 ou 7 à l’époque. Dix ans plus tard, on a une quarantaine d’adhérents.”

Rémi Dupuis, membre fondateur de la Jeunesse Chaumontaise

Rapidement, le groupe se structure en association, avec l’envie de se démarquer des Fanatics, le groupe de supporters historique du Chaumont Volley Ball. “On voulait quelque chose qui nous corresponde vraiment, explique Rémi Dupuis. Notre truc, ce sont les chants, les tambours, on aime se mettre debout, sauter, danser. Le samedi soir, dans les tribunes, on lâche prise et on oublie tout le reste.

Qu’on soit 5 ou 50, on ne lâche rien. On vient d’abord pour encourager notre équipe, mais aussi pour le plaisir de se retrouver, d’être ensemble. On était 6 ou 7 à l’époque. Dix ans plus tard, on a une quarantaine d’adhérents.”

Raconter dix ans en 40 minutes

Pour Arthur Brousmiche, derrière la caméra, c’est un nouveau challenge. “Quand les membres de la Jeunesse Chaumontaise m’ont contacté pour tourner ce documentaire, raconte-t-il, je n’avais pas imaginé que ça demanderait autant de travail. On a d’abord fait une trentaine de réunions pour cadrer le projet. Puis on a tourné plus de 8 heures d’interviews. Ça n'a pas été simple de tout condenser en 40 minutes ! Mais je suis fier du résultat, je crois qu’il reflète bien l’esprit des supporters de la Jeunesse.”

Le jeune homme, qui soufflera sa 21ème bougie en octobre, est un habitué des terrains de volley. Via sa société de production audiovisuelle Art’istic Production, lancée il y a un tout juste un an, il a développé un partenariat solide avec le CVB 52. Il a produit pas moins de 350 vidéos rien que pour le compte du club de Chaumont. "Ça peut être des vidéos courtes sur les joueurs, sur les moments forts, les coulisses… mais je m’occupe aussi de la retransmission des matchs. Pour les rencontres importantes, comme la Super Coupe du 2 octobre prochain, j’aurai un dispositif de 17 caméras, 8 cadreurs, le tout diffusé en direct !

De Jean Masson à Palestra

Juste avant sa sortie sur les réseaux sociaux, le documentaire a été projeté aux joueurs, au staff et aux supporters de la Jeunesse Chaumontaise. C’est à Palestra, la nouvelle salle du CVB, qu’a eu lieu la séance de visionnage.

Une manière pour la Jeunesse Chaumontaise d’investir peu à peu les lieux, après dix années passées à Jean Masson, la salle historique du club. “Bien sûr, ça fait bizarre de quitter Jean Masson, admet Rémi Dupuis. Jean Masson, c’est le chaudron, c’est là où tout a commencé. On avait notre tribune, on était chez nous. Mais on est très heureux de retrouver l’équipe dans sa nouvelle salle. Pour l’instant, on prend nos marques, mais on est prêts à mettre le feu à Palestra ! Et on espère que les spectateurs seront avec nous.”

Ce documentaire n’est en fait qu’une première partie. Arthur Brousmiche prévoit la sortie d’un second volet d'environ 40 minutes lui aussi : “Le premier documentaire est fait à partir d’images d’archives, de coupures de journaux, de vidéos personnelles. Dans la deuxième partie, ça sera vraiment une plongée avec les supporters, où je ne vais utiliser que des images tournées en 2021. Ce sera quelque chose de beaucoup plus immersif.

La sortie du second documentaire est prévue fin 2021.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
volley-ball sport cvb52 réseaux sociaux