Haute-Marne : un retour de la braderie de Chaumont couronné de succès, "ça fait du bien de voir des gens"

Le soleil est au rendez-vous ce samedi 10 juillet à Chaumont, en Haute-Marne. Après l’annulation de nombreuses animations en ville, durant les derniers confinements, la braderie fait son grand retour pour le plaisir des commerçants mais aussi des visiteurs.
Les aller-venus n'ont pas cessé rue Victoire de la Marne face à la mairie de Chaumont, ce samedi 10 juillet 2021.
Les aller-venus n'ont pas cessé rue Victoire de la Marne face à la mairie de Chaumont, ce samedi 10 juillet 2021. © Aurore Trespeux/France Télévisions

Difficile de se frayer un chemin rue Victoire de la Marne à Chaumont, tant la rue est bondée. Une petite dame âgée arrête un policier et lui demande : "Le port du masque n’est pas obligatoire ?" La réponse est immédiate : "Tant qu’on circule, non. Mais il reste recommandé." Une recommandation peu suivie par les acheteurs potentiels, comme par les vendeurs situés en extérieurs. Des centaines de personnes se baladent dans la ville préfecture du département.

Devant les devantures de certains commerces fermés, les stands s’étendent et se mélangent. Entre deux vendeurs de robes légères d’été, l’odeur des saucissons d’un charcutier vient taquiner les narines, plus loin c’est un vendeur de miel qui attend les clients. Plus loin encore, c’est un vendeur de meuble qui explique : "Sans ce genre d’animations, certains d’entre nous ne vivent pas. On est donc très contents de pouvoir refaire des braderies."

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Joaline Créas couture (@joaline_creas_couture)


Si l’on descend rue Pasteur, on peut trouver des produits de premières nécessitées éco-responsables comme des charlottes à plats ou des rouleaux d’essuie-tout en tissus lavables fabriqués à Chaumont, par une jeune mère au foyer : Les Lubies d'Anaïs. Il y en a donc pour tous les goûts.

"Aujourd’hui, on est sortis pour ça, pour voir ce que les commerçants ont à nous proposer, sans forcément d’idée d’achat préconçue. Et puis, surtout, ça me fait du bien de ressortir, de voir des gens. Ça me manquait ce contact humain. C’était vraiment important pour moi, de participer à la braderie de Chaumont", explique Christian qui a fait la route depuis Bourbonne-les-Bains.

Les boutiques itinérantes ne sont pas les seules à avoir joué le jeu, plusieurs enseignes comme Curieux Bazar : un magasin de décoration et d’objets pour la maison, a lui aussi décidé de mettre ses produits en avant, devant sa boutique. "Ça nous fait plaisir de retrouver notre clientèle, de retrouver du monde dans la rue, de la vie. Tout le monde est plus détendu qu’il y a quelques semaines, et puis le rayon de soleil aide", s’enthousiasme Sophie Garnier propriétaire de Curieux Bazar.

 

Une braderie improvisée ailleurs


Coupé à la circulation, le centre-ville de Chaumont fait figure de "privilégié" par rapport à certaines boutiques excentrées, mais qui participent à leur façon.

"J’ai du passage comme un samedi normal. Comme je suis dans une rue oubliée, j’ai pris l’initiative de sortir des portants et de faire des prix dessus. J’essaye de jouer le jeu. De toute façon, toutes les animations sont bonnes à prendre. Même si l’on n’est pas au cœur de la braderie", explique Manon Daras, propriétaire d ‘une boutique de vêtements et d’accessoires féminins.

Certaines boutiques en dehors du centre-ville de Chaumont ont aussi joué le jeu de la braderie, comme celle de Manon Darras.
Certaines boutiques en dehors du centre-ville de Chaumont ont aussi joué le jeu de la braderie, comme celle de Manon Darras. © Aurore Trespeux/France Télévisions


Elle, comme d’autres commerçants, constatent une augmentation légère de ses ventes par rapport aux braderies des autres années : "J’ai l’impression que les gens sont plus aptes à se faire des petits plaisirs et dépenser après avoir été confinés. Ils dépensent plus que les autres années. Du moins, dans ma boutique. "

Seule ombre au tableau, la pluie s'est invitée en fin d'après-midi, forçant certains stands à remballer leurs marchandises et reprendre la route avant la fin annoncée normalement à 19 heures.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie