INSOLITE. Chaumont : ils ont donné leur sang dans un musée, "c'est le grand luxe"

L’Etablissement Français du Sang organisait une collecte exceptionnelle ce jeudi 26 août. Les donneurs étaient invités au Centre National du Graphisme de Chaumont, en Haute-Marne, pour faire don de leurs globules rouges. Une expérience originale pour attirer de nouveaux donneurs.
Les donneurs ont pu profiter de l'exposition graphique "Viral" pendant leur don.
Les donneurs ont pu profiter de l'exposition graphique "Viral" pendant leur don. © Charlotte Meunier - France Télévisions

C’est une journée peu ordinaire au Centre National du Graphisme. Pas de vernissage ni de visite guidée au programme, mais une collecte de sang organisée par l’EFS Grand-Est. Après le musée d’Art Moderne de Strasbourg ou le centre Pompidou de Metz, c’est au Signe de Chaumont, le centre national du graphisme, que l'Etablissement Français du Sang s’est installé pour quelques heures en Haute-Marne.

Alors que l'entrée au Signe nécessite un pass sanitaire, il n'était pas obligatoire pour participer à la collecte.
Alors que l'entrée au Signe nécessite un pass sanitaire, il n'était pas obligatoire pour participer à la collecte. © Charlotte Meunier - France Télévisions

20 à 30% de premier don

"L’idée, c’est d’attiser la curiosité, explique Barbara Seiller, responsable communication de l’EFS Grand-Est. Ce genre de collecte a un effet “expérience” que les gens apprécient, en particulier les jeunes donneurs de moins de 30 ans. Ils sont généralement moins fidèles que leurs aînés, mais très présents lors de ces collectes événementielles. C’est aussi un moyen d’attirer de nouveaux donneurs. Sur ce type d'événement, on enregistre 20 à 30% de premier don, ce qui est considérable". Ce genre d'initiative a déjà eu lieu au Musée Louvre Lens, ou au Musée des Beaux Arts de Dijon.

Maryvonne est une donneuse assidue. Mais donner dans un musée est une première pour elle.
Maryvonne est une donneuse assidue. Mais donner dans un musée est une première pour elle. © Charlotte Meunier - France Télévisions

Maryvonne, habitante de Choignes, est une habituée des collectes de sang. Elle donne une à deux fois chaque année depuis ses 18 ans. Mais c’est la première fois qu’elle le fait dans un tel endroit : « Ça fait un peu bizarre au début, mais on s’y fait vite. Donner son sang dans un beau musée comme celui-là, c’est le grand luxe ! »

Des stocks de sang insuffisants

Avant même l’ouverture des portes, 60% des créneaux de rendez-vous étaient déjà réservés. « C’est très encourageant, constate Barbara Seiller. On a vraiment besoin que les gens se mobilisent en ce moment. Au niveau national, il manque environ 500 dons par jour. Nous avons 85.000 poches de sang en stock, alors qu’il en faudrait 110.000 pour répondre à tous les besoins. C’est toujours le cas pendant la période estivale, mais la crise sanitaire amplifie la tendance. Certains donneurs ont profité du déconfinement et n’ont pas forcément fait leur don habituel ».

Le personnel médical de l’EFS le précise : pas besoin de pass sanitaire pour donner son sang. Il n’y a pas non plus de contre-indication liée au vaccin. Vacciné ou non, peu importe le délai, tout le monde peut donner dès 18 ans.

Malgré des affiches pas toujours rassurantes, les donneurs ont apprécié l'expérience.
Malgré des affiches pas toujours rassurantes, les donneurs ont apprécié l'expérience. © Charlotte Meunier - France Télévisions

Adeline, jeune chaumontaise, est d’abord venue pour faire une bonne action. Elle a été surprise en apprenant le lieu de la collecte : « J’ai su au dernier moment que le don se passait au Signe, raconte-elle. J’ai l’habitude de venir ici pour voir des expos, mais je n’aurais jamais imaginé donner mon sang ici un jour ! »

C'est au coeur d'une exposition au nom prédestiné que les équipes de l’EFS se sont installées : « Ce n’est pas fait exprès, s’amuse Clara Debailly, chargée de communication au Signe, mais l’exposition présentée en ce moment s’appelle Viral. C’est une expo qui parle d’abord de la viralité des images, notamment sur internet, mais qui possède évidemment une connotation médicale. Ça ne pouvait pas mieux tomber ! »

Les donneurs comme le personnel médical ont profité de l'exposition.
Les donneurs comme le personnel médical ont profité de l'exposition. © Charlotte Meunier - France Télévisions

Faire découvrir le Signe grâce à la collecte

Au delà de faire venir de nouveaux donneurs, l’opération permet aussi de mettre un coup de projecteur sur le Centre National du Graphisme. « Il y a de nombreux haut-marnais qui ne connaissent pas du tout le Signe, ou qui n’osent pas venir, précise Clara Debailly. C’est aussi l’occasion pour nous de faire découvrir le lieu et de donner envie aux gens de revenir ».

Chaque jour en France, 500 dons supplémentaires seraient nécessaires pour combler les besoins en sang.
Chaque jour en France, 500 dons supplémentaires seraient nécessaires pour combler les besoins en sang. © Charlotte Meunier - France Télévisions

C’est le cas de Mamadou. Il n’avait jamais mis les pieds au centre du graphisme. « J’habite Chaumont, mais je n’ai jamais eu l’occasion de venir voir des expos ici. C’est vraiment une belle initiative, et l’endroit est vraiment génial ! »

Le Signe de Chaumont et l’EFS espèrent pouvoir renouveler l’opération. Un moyen original de faire rimer piqûre et culture.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
insolite santé société culture musée