INSOLITE. Les gendarmes annoncent être en vacances du 29 au 31 février

Publié le
Écrit par Vincent Ballester .

Les gendarmes de la Haute-Marne ont annoncé prendre leurs vacances du 29 au 31 février. Une publication humoristique sur leur page Facebook pour faire passer plus tard des messages plus sérieux de prévention.

À Chaumont (Haute-Marne), l'école de gendarmerie dispose de la première e-compagnie de France. Quant au groupement de gendarmerie, il communique volontiers avec plus ou moins de sérieux sur sa page Facebook (un peu comme celle des Vosges, très connue).



La publication qui a fait réagir ces derniers temps, c'est celle du lundi 28 février 2022. Où les gendarmes, pépouzes, annoncent prendre leurs vacances du 29 au 31 février.



Retour au boulot le 1er mars, c'est promis. Un photomontage sur fond de plage tropicale, volontairement pas très adroit, complète le message (voir la publication Facebook ci-dessous).





Après un moment de réflexion, il ne faut pas longtemps pour comprendre que les gendarmes ne seront évidemment pas en vacances. On passe bien sûr directement du 28 février au 1er mars (au cas où vous auriez oublié).



La publication a fait réagir. France 3 Champagne-Ardenne a échangé sur ce sujet avec le colonel Éric Luzet, commandant du groupement de gendarmerie de la Haute-Marne (basée à Chaumont, voir sur la carte ci-dessous).





"Notre message a l'air de bien marcher. Bien sûr, à la hauteur de la Haute-Marne : ce n'est pas dix millions d'habitants. On a 170.000 habitants, et 23.000 personnes qui nous suivent : c'est assez sympa. De temps en temps, entre des messages qui se veulent sérieux, on fait un petit peu d'humour pour nous rapprocher de la population." Ici, si l'on excepte un commentaire s'indignant que les gendarmes fassent de l'humour et les traitant de "têtes de cons" et de "feignasses" (sic), les retours sont "sympas".



Des jeunes talents

Un bon exemple de "buzz" est le clignovirus (le coronavirus appliqué à l'oubli de mettre son clignotant). "Même dans Les Douze Coups de midi, l'animateur l'avait évoqué. Ça nous arrive d'avoir une petite idée de génie."



Pour l'idée des fausses vacances de février, il faut créditer la "stagiaire communication du groupement de gendarmerie [notez au passage que tous les talents sont bienvenus à la gendarmerie de la Haute-Marne, il suffit d'envoyer son CV; ndlr]. Ça fait maintenant un peu plus de deux ans que nous fonctionnons ainsi. Nous avons actuellement une élève apprentie en communication. Elle effectue son stage en alternance chez nous, et étudie dans une école située à Nancy. Elle les forme aux techniques et aux outils de la communication : publications, articles, design, fond..."

On en profite pour les campagnes sur les atteintes aux biens ou aux personnes, les cyber-menaces, sur la sécurité routière...

Colonel Éric Luzet, commandant du groupement de gendarmerie de la Haute-Marne

"C'est assez intéressant pour nous de pouvoir profiter de ces talents pour moderniser notre communication, la rafraîchir, et pouvoir cibler certaines populations. Comme c'est une jeune stagiaire, elle trouve les mots les plus adaptés et adéquats pour les jeunes... et moins jeunes. Et on en profite pour les campagnes sur les atteintes aux biens ou aux personnes, les cyber-menaces, beaucoup sur la sécurité routière..."



Facebook est donc un canal de communication privilégié, qui permet de "donner une image plus positive et de rendre une audience attentive pour des messages de prévention et de sensibilisation moins rigolos". Mais la gendarmerie ne se limite pas aux réseaux sociaux.



Facebook ne fait pas tout

La période du covid a empêché la gendarmerie de "bien atteindre la population", et la page Facebook a donc été bien utile pour sensibiliser. Le nombre d'abonnements a d'ailleurs "bien" grimpé pendant la crise sanitaire (même si tous ne viennent pas du département). "Il n'y avait plus de réunions publiques, les festivités étaient annulées. Maintenant, on recommence à avoir un peu plus de liberté pour se réunir."



"Parce que malheureusement, les principaux contacts avec la population, amers et pas très rigolos, c'est actuellement les contrôles et verbalisations en bord de route pour la ceinture, le téléphone, la vitesse."
On rappellera toutefois que les gendarmes font ça dans l'idée de sauver des vies, et non pour le plaisir d'embêter le monde (voir le gif ci-dessous).



via GIPHY



"On dirige donc de plus en plus nos actions dans le domaine de la prévention, de la sensibilisation. Pour que la population puisse appréhender les problématiques de sécurité avec un oeil différent, un autre angle que la répression." Par exemple en allant voir les élèves dans les écoles.



Mais aussi en rapprochant les gendarmes de leur population administrée. "Il y a des brigades mobiles. C'est-à-dire que, dans certains départements, les gendarmes se déplacent dans une sorte de camion - je ne vais pas dire camping-car pour que ça ne soit pas péjoratif - qui leur sert de bureau et d'accueil. Sur les marchés, dans les bourgs."



"On peut ainsi rencontrer facilement les gens. On a vraiment une démarche de plus se déplacer vers la population, passer d'une logique de guichet à une logique de pas-de-porte."
La proximité se cultive donc de bien des manières. Avec, comme finalité, la sécurité de la population française.



Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité