Coronavirus : en Haute-Marne, elle dessine sur le confinement pour "faire sourire les gens"

Ce vendredi 3 avril 2020, Hélène Gueffier dessine, comme chaque jour depuis le début du confinement dans son appartement de Saint-Dizier en Haute-Marne. Chaque soir, elle poste ses illustrations sur Facebook pour divertir ses abonnés.

Chaque jour, Hélène Gueffier dessine sur le confinement et partage ses œuvres sur sa page Facebook.
Chaque jour, Hélène Gueffier dessine sur le confinement et partage ses œuvres sur sa page Facebook. © Hélène Gueffier
Dans son appartement, à Saint-Dizier en Haute-Marne, Hélène Gueffier est confinée seule. Sa fille est médecin, son fils policier : "Tous les deux sont utiles à la société. Actuellement encore plus", alors pour s’occuper et "se rendre utile" elle aussi, Hélène a décidé de partager ses dessins sur le covid-19 et le confinement, vu par elle, mais aussi ses proches. 

"Je suis diplômée des beaux-arts de Reims, mais j’ai dû me réorienter après plusieurs années à chercher des contrats dans ce domaine, si difficile à obtenir. Je suis actuellement documentaliste dans un collège-lycée à Saint-Dizier, je ne peux donc pas dessiner autant que je le souhaiterais quand je travaille. Alors quand le confinement a commencé, j’avais le temps contrairement à mes collègues professeurs et l’envie de divertir les gens, j’ai donc repris les crayons." Confie Hélène Gueffier.
 
"Adaptation temporaire" est l'un des derniers dessins proposé par Hélène Gueffier sur sa page.
"Adaptation temporaire" est l'un des derniers dessins proposé par Hélène Gueffier sur sa page. © Hélène Gueffier


Il faut environ entre 4 et 7 heures à l’illustratrice pour faire un dessin. Chaque jour, elle en publie un nouveau sur sa page Facebook : "Lorsque certains dessins me prennent plus de temps, je m’aperçois que les gens qui suivent mon travail l’attendent, ils me le réclament ! Ça me fait extrêmement plaisir de voir que mon travail est apprécié." 
 

Divertir les autres, mais aussi s’évader

"Je dessine en musique, chaque matin, j’entame une nouvelle création, c’est une expérience toujours très sensorielle pour moi de dessiner. Je dessine tous les jours depuis toujours, mais pendant le confinement ça me permet également de m’évader. C’est toujours une immense joie de regarder mon dessin le soir, une fois terminé, savoir qu’il va faire sourire, et qu’il va être regardé ça me fait vraiment beaucoup de bien", rajoute l’illustratrice. 
 
À la fin du confinement, il ne sera pas possible pour Hélène de poursuivre ses publications quotidiennes, mais son travail restera disponible sur sa page Facebook. En attendant tant que le confinement dure, la Bragarde publiera des sketchs, "impossible de rester les bras croiser", avoue-t-elle.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société coronavirus : envie d'évasion art culture
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter