Municipales 2020 à Langres en Haute-Marne : qui est Anne Cardinal, la nouvelle maire de la commune ? 

Ce dimanche 28 juin 2020, les habitants de Langres en Haute-Marne ont élu maire de la ville Anne Cardinal, farouchement opposée en tout point à Sophie Delong, la maire sortante qu’elle a devancée au premier et au second tour de ces élections municipales.
Anne Cardinal est chaumontaise d’origine, âgée de 58 ans, c’est à l’âge de 5 ans qu’elle est arrivée avec sa famille à Langres, ville qu’elle n’a plus quittée. Fille d’un professeur de sciences naturelles et d’une mère au foyer, elle a énormément appris auprès de ses deux parents.

"Ma mère m’a enseigné dès mon plus jeune âge les métiers d’ouvrage, des travaux fins notamment la couture qui est restée une passion. Quand j’avais plus de temps, j’adorais coudre de la dentelle par exemple. C’est un travail minutieux qui exige de la patience, mais qui me détendait beaucoup", explique la nouvelle maire de Langres. 
 

Apprendre encore et toujours

Avec son père, les activités étaient plus sportives. "J’ai le souvenir de grandes randonnées en montagne que nous faisions, au cours desquelles il m’apprenait énormément de chose sur la faune et la flore qui m’entourait. Je tiens mon encrage à la terre de ses moments passés avec lui. Il m’a appris tellement de choses. Il me disait souvent que le plus important dans la vie, c’est d’apprendre et c’est ce que je continue d’appliquer au quotidien. Je cherche toujours à apprendre de nouvelles choses," confie-t-elle. 

C’est d’ailleurs ce qui a poussé Anne Cardinal à reprendre ses études en 2011. Alors âgée de 49 ans, elle se lançait dans un master 2 en "qualité en soins de la santé publique" afin d’approfondir ses connaissances de cadre de santé, un métier qu’elle a toujours souhaité faire. "Ma formation et ma curiosité me permettent de détecter les qualités des agents avec lesquels j’évolue, leurs différents potentiels. Je peux donc essayer de les guider au mieux pour qu’ils s’épanouissent autant que moi dans ce métier", explique la cadre de santé de l’hôpital de Langres.
 

La santé comme cheval de bataille

Ancienne conseillère municipale d’opposition, elle s’est régulièrement engagée sur des questions de santé publique ces dernières années, notamment au sein du Parti Socialiste dont elle est membre pour "maintenir une offre de santé digne de ce nom". Ce fut le cas notamment à propos de la maternité de Langres, finalement supprimée en 2016 au profit des hôpitaux de Chaumont et Dijon. 

Aujourd’hui, elle s’oppose à la gouvernance commune des hôpitaux de Langres, Chaumont et Bourbonne-les-Bains, une décision prise par l’ARS Grand Est durant l’été 2019. "En tant que cadre de santé, dès le lendemain du premier tour le 15 mars dernier, j’étais sur le terrain à travailler contre le Covid-19. J’ai vu réellement ce qui se passait sur le terrain, les difficultés, je n’étais pas déconnectée de la réalité. Les questions de santé publique restent et resteront toujours très chères à mon coeur," affirme Anne Cardinal. 

Un attachement aux questions de santé qu’elle a d’ailleurs transmis à son fils âgé de 32 ans, qui travaille désormais à l’Hôpital Necker à Paris. Sa fille âgée de 29 ans a choisi une autre voie, celle de l’industrie, à Langres. Grand-mère depuis cinq ans, Anne Cardinal accorde énormément d’importance à sa famille : "mes enfants et mon petit-fils sont mes rayons de soleil. Ils m’ont toujours soutenu même quand c’était compliqué, j’ai besoin de passer du temps avec eux pour me ressourcer, c’est indispensable." 
 

"Je suis folle de sport automobile !"

Anne Cardinal, Maire de Langres



En quelques mots d’après ses proches, Anne Cardinal est : "Authentique, patiente mais pugnace et accorde beaucoup d’importance aux autres. " Sous des apparences calmes, la cadre de santé a toutefois une passion que d’après elle : "On ne lui prêterait pas forcément !"

"Je suis folle de sport automobile et plus précisément de rallye de terre. Lorsque j’étais enfant, j’adorais regarder les 24 heures du Mans et bien d’autres courses encore. Et en vieillissant, je suis devenue bénévole dans l’association sportive automobile de Langres, dont je suis aujourd’hui vice-présidente. J’ai d’ailleurs la casquette de commissaire de courses et je vais souvent sur des compétitions en tant que bénévoles pour les encadrer," raconte la nouvelle maire de Langres avec enthousiasme. 
 

Arrivée en tête avec 259 voix d’avance sur la maire sortante au second tour des municipales 2020, c’est la deuxième femme à occuper la fonction de maire à Langres, après Sophie Delong. Dès ce lundi 29 juin 2020, elle s’est mise au travail et a commencé à prendre des rendez-vous, notamment avec Nicolas Lacroix, président du conseil départemental de Haute-Marne, pour discuter entre autres choses du projet de collège unique auquel, elle est opposée depuis que Sophie Delong l’a évoqué. 

Sa prise de poste officielle aura lieu le 4 juillet 2020, lors du Conseil municipal d’installation de la nouvelle équipe.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections portrait