Le Centre Pompidou Mobile baisse le rideau en septembre

Publié le Mis à jour le
Écrit par SR avec AFP

Inauguré à Chaumont en 2011, le Centre Pompidou Mobile s'arrêtera fin septembre faute d'argent pour poursuivre l'activité de ce mini-musée itinérant lancé il y a deux ans a précisé Alain Seban, président du Centre Pompidou.

L'étape inauguratrice de Chaumont, du 15 octobre 2011 au 15 janvier 2012, avait attiré plus de 35.220 visiteurs. Il était allé ensuite à Cambrai (Nord), Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) et Libourne (Gironde) avant de rejoindre la Normandie.

Alain Seban assure qu'il n'est "pas triste" de cette disparition prématurée. "Cela été un très grand succès". "Le Centre Pompidou Mobile a déjà franchi le cap des 200.000 visiteurs en cinq étapes, dont celle en cours au Havre". "Dix-huit pour cent des personnes n'avaient jamais mis les pieds dans un musée,
alors qu'au Centre Pompidou à Paris, la proportion est de 2%", a-t-il dit. "Soixante-quinze pour cent de ces visiteurs ont l'intention de visiter un autre musée dans les semaines qui viennent".

L'expérience "va se poursuivre"


La structure faite de modules recouverts de toile colorée, qui a été conçue par l'architecte Patrick Bouchain dans l'esprit du cirque, pourrait avoir une deuxième vie. "Nous sommes en discussion avec plusieurs musées étrangers intéressés à la reprendre", a précisé M. Seban. L'expérience du Centre Pompidou Mobile "va se poursuivre sous une autre forme" avec une exposition de chefs-d'oeuvre sous tente qui sera organisée par le Centre Pompidou en octobre au siège du géant pétrolier Aramco à Dhahran (est de l'Arabie saoudite), a fait valoir M. Seban.

"Pour moi, le Centre Pompidou Mobile était un laboratoire qui nous a notamment permis de mettre au point la technique du caisson climatisé qui autorise à présenter des oeuvres fragiles de la collection dans des lieux qui ne sont pas des musées".


"Nous allons tirer profit de tous ces enseignements pour imaginer d'autres modes de circulation des oeuvres", a indiqué M. Seban.

Les deux premières saisons ont été financées grâce à l'argent de l'Etat, le mécénat d'entreprise (Fondation Total, Groupe Lafayette, GDF-Suez notamment) et les collectivités.