Haute-Marne : procédure d'alerte pour l'entreprise Yto à Saint-Dizier

Alors que l'avenir de la société Yto de Saint-Dizier reste très flou, le commissaire aux comptes en charge du dossier a dressé un rapport spécial d'alerte sur la gestion de l'entreprise.

En janvier dernier, les salariés d'Yto manifestaient devant leur usine pour défendre leurs emplois.
En janvier dernier, les salariés d'Yto manifestaient devant leur usine pour défendre leurs emplois. © Stéphane Janeczko / France 3 Champagne-Ardenne
Les courriers échangés depuis le début du mois de novembre n'ont pas rassuré le commissaire aux comptes en charge du dossier Yto à Saint-Dizier. Il avait effectivement demandé des explications à la direction de l'entreprise bragarde quant à sa capacité d'assurer la continuité d'exploitation du site. En cause tout d'abord, la suspension du projet de conception du tracteur de la marque Mancel qui devait, selon la direction chinoise, permettre aux salariés d'Yto de fabriquer leurs propres tracteurs à Saint-Dizier. Le commissaire aux comptes pointait également l'absence de visibilité dans la stratégie de la société et des doutes sur la situation financière de l'entreprise. Des faits "de nature à compromettre la continuité d'exploitation de la société".

Les explications apportées par la direction chinoise n'ont pas levé les inquiétudes du commissaire aux comptes qui a sommé la direction de convoquer une assemblée générale pour délibérer sur ces questions. La date butoir devait être fixée au 18 décembre mais les salariés n'ont reçu aucune nouvelle de leur direction. " Nous avons simplement eu une réunion entre le directeur des ressources humaines et quelques représentants du personnel mais c'est tout. Le directeur n'était pas présent. Le président non plus. On est au courant de rien " explique Vincent Mendola, un des salariés d'Yto présent à la réunion. Selon les dispositions du Code du commerce, si la direction d'Yto n'a pas réuni cette assemblée générale, le commissaire pourrait prochainement la convoquer lui-même. 

Les salariés attendent de connaître les intentions et les projets de la direction d'Yto pour l'entreprise de Saint-Dizier depuis plusieurs mois maintenant. Au printemps dernier, la signature d'un plan de sauvegarde de l'emploi avait poussé près de 70 salariés à quitter l'entreprise, les effectifs passant de 114 salariés à 43 aujourd'hui.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie région grand est emploi