INSOLITE : des fragments d'un iguanodon, un dinosaure découvert en Haute-Marne, présentés au musée de Saint-Dizier

Découvert il y a 50 ans dans la région du Lac du Der, les fragments de l’iguanodon, un spécimen de dinosaure, originaire du Crétacé, sont à découvrir au musée de Saint-Dizier en Haute-Marne, jusqu'à la fin du mois de novembre.

C'est à l'occasion des travaux de percement du lac du Der, en 1971, que les fragments de cet iguanodon ont été découverts, explique Clément Michon, le conservateur du musée. Conservé au musée de Saint- Dizier, la municipalité a décidé de sortir de ses réserves " son iguanodon" pour marquer cette découverte d'un demi-siècle maintenant. " Nous avons inauguré cette exposition début novembre et déjà beaucoup de visiteurs sont venus découvrir ces fragments de dinosaure, car ces animaux fascinent toujours " reconnaît le conservateur. 

Le public peut découvrir un bloc de quatres vertèbres caudales, un bloc de deux vertèbres caudales, un fragment de tibia, un fragment de fémur ainsi qu’une reconstitution de la tête de l’animal d’après des découvertes semblables énumère le conservateur. Le fossile de l’Iguanodon n'a pas été retrouvé en entier. Un courant aurait déplacé, les pièces les plus légères. Ainsi, tout espoir de retrouver la tête s’envole. En revanche, la gigantesque queue sera retrouvée quasi entièrement. Il semblerait que l’extrémité de la queue ait été dévorée par un carnassier.

La découverte d’une dent à proximité étaye cette hypothèse des paléontologues venus nombreux, à l'époque, pour l'étudier, rappelle le conservateur. " Son crâne étant un des rares éléments à ne pas avoir été retrouvé, nous ignorons encore s'il s'agit d'un mâle ou d'une femelle" regrette Clément Michon. Les paléontologues pensent que sa tête a dû être arrachée au reste du corps et qu'elle a été emporté à des kilomètres des lieux de fouilles, ajoute-t-il.

L’iguanodon a été découvert en 1971, au cours de la construction du canal d’amenée de la Marne, juste derrière l’actuel stade Charles-Jacquin, M. Bigard, professeur à Saint-Dizier et géologue amateur, épaulé par M. Soudé, géologue professionnel, découvrent des os fossilisés qui s’avéreront être ceux d’un des plus grands Iguanodons découverts en France. Envoyé à l’École des Mines de Nancy, il y a été étudié et y est resté jusqu’en 1991 avant d’être rapatrié à Saint-Dizier.

Au total, ce sont 52 fragments correspondant aux vertèbres du dos et de la queue, aux os du pubis, aux extrémités du tibia et du fémur, au radius et à quelques phalanges qui composent ces restes fossiles. " L’animal complet devait mesurer dans les 7 m de long pour 2,5 m de haut selon les estimations des paléontologues qui l’ont étudié. Il est considéré comme le plus grand spécimen retrouvé en France" précise Clément Michon.


Une région favorable à l’iguanodon 

La fiche d'identité de l'Iguanodon du Der, "Iguanodon bernissartensis" signifie un reptile aux dents d'Iguane. L’iguanodon est donc un grand herbivore. Il vivait au Crétacé inférieur, vers 129,4 millions d’années avant notre ère. La région de Saint-Dizier était alors plus proche de l’équateur et s’apparentait à une côte tropicale avec des lagunes favorables au développement des populations d’iguanodons. Cette espèce mesurait entre 6 et 10 m de long et était principalement quadrupède. Elle pouvait se mettre sur deux pattes pour trouver de la nourriture, courir ou se défendre. Ses pattes avant se caractérisent par un pouce en forme d’éperon lui permettant de se défendre. Son poids était d'environ de cinq tonnes et sa vitesse s'élevait à 35 km/h.

" Cette découverte a fait beaucoup de bruit dans la région " rappelle Clément Michon. Les esprits en sont encore marqués. "Beaucoup se souviennent de l'investissement des jeunes de la MJC et du club de spéléologie qui ont prêté main forte aux géologues car la surface a ratissé était très importante " raconte le conservateur." Une visite guidée est proposée le mercredi 10 novembre à 15 h 30 " informe Clément Michon. La présentation au musée, de ce spécimen, considéré comme le plus grand retrouvé en France, durera jusqu’au 28 novembre prochain. Il retournera ensuite dans les réserves du musée où se trouve d'autres spécimens.

Le Musée de Saint-Dizier abrite une collection paléontologique assez riche dans ses réserves. Il possède des collections de quatre autres fragments de fossiles d’iguanodons provenant de Wassy le plus complet découvert en 1850, Baudonvilliers, Cousancelles, et Pont-Varin dans les minières.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture musée archéologie patrimoine