Saint-Dizier : la Légion d'honneur pour le judoka Axel Clerget, médaillé d'or aux Jeux olympiques de Tokyo

Une réception a eu lieu au palais de l'Élysée, à Paris, le lundi 13 septembre. Les athlètes ayant ramené des médailles des Jeux olympiques de Tokyo, comme le judoka Axel Clerget (or) de Saint-Dizier (Haute-Marne), ont reçu la Légion d'honneur des mains du président Emmanuel Macron.
Emmanuel Macron remet la Légion d'honneur au judoka Axel Clerget, médaillé d'or aux Jeux olympiques.
Emmanuel Macron remet la Légion d'honneur au judoka Axel Clerget, médaillé d'or aux Jeux olympiques. © Marnaval Club-Judo

Pour le judoka Axel Clerget, je demande l'or (olympique) et les ors (de la République). C'est au coeur du palais de l'Élysée, à Paris (Île-de-France), que les athlètes ayant récolté une médaille aux Jeux olympiques (JO) de Tokyo (Japon)... ont reçu une autre récompense.

Il s'agit de la prestigieuse Légion d'honneur, délivrée par le président de la République en personne, Emmanuel Macron. Elle leur a été remise lors d'une réception, le soir du lundi 13 septembre 2021.

Présent sur place, le père du judoka, Francis Clerget, a raconté la soirée à France 3 Champagne-Ardenne. La famille (où tout le monde pratique le judo jusqu'au bout des ongles) avait fait le déplacement depuis Saint-Dizier (Haute-Marne), où est né Axel le 28 février 1987 (voir la ville sur la carte ci-dessous). 
 


Francis Clerget décrit un moment "très émouvant" et raconte "qu'on pense que ça n'arrive qu'aux autres... Alors quand c'est pour son fils, on a du mal à imaginer. On se rend compte seulement maintenant de ce que cette médaille olympique signifie aujourd'hui pour nous, parents."

Finalement, c'est au lendemain de la soirée, sur le chemin du retour vers Saint-Dizier que les parents réalisent. Assimilent que leur fils s'est inscrit dans l'histoire de son sport, et de son pays, en remportant l'or aux Olympiades de Tokyo. Le club de judo de Marnaval, où enseigne Francis Clerget, a relayé des clichés de cette soirée sur sa page Facebook (voir-ci-dessous). 
 


Le père du judoka décrit "une cérémonie particulière". Comme il y avait beaucoup de monde et qu'il ne fallait pas oublier la crise sanitaire, de l'espace avait été prévu et des écrans disposés un peu partout pour ne rien rater du spectacle.

Le discours présidentiel a notamment duré près d'une heure, assez "politique" au vu de la présidentielle qui se rapproche doucement mais sûrement. Emmanuel Macron a notamment plaidé pour plus de sport à l'école, et appelé à ne pas négliger la formation, la future reconversion des élèves-athlètes. Il est aussi revenu longuement sur les paralympiques. Les JO de Paris étaient aussi au programme, le président désirant "beaucoup plus de médailles" en 2024. On pourrait presque parler de pression. "Il ne reste plus que trois ans..."

"Pas le temps de réaliser"


La remise des décorations, en elle-même, fut bien plus rapide. "Le protocole va très vite... C'était un peu à la chaîne. On n'a pas vraiment eu le temps de réaliser qu'il venait de recevoir cette distinction." Après ça, les athlètes et sommités du monde sportif (comme Teddy Riner) ont pu échanger pendant deux bonnes heures. Le président, "très décontracté" a échangé avec ce beau monde pendant une heure avant de devoir s'éclipser, appelé par ses affaires. "On ne s'attendait pas à une telle convivialité", confie le patriarche de la famille. 

Les discussions se sont enchaînées avec les athlètes. La famille est ensuite partie "pour profiter d'un bon petit resto", et est rentrée se coucher sagement. Axel Clerget va "faire une petite pause de trois-quatre mois. C'est recommandé pour récupérer puis relancer la machine." Une machine bien décidée à récolter d'autres médailles, et pas en chocolat.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
judo sport jeux olympiques hommage société