• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Un hommage à “l'homme-fusée”, recordman mondial de vitesse sur vélo-fusée, mort il y a un an

François Gissy a battu le record de vitesse sur vélo propulsé par un moteur à fusée, à plus de 300 km/h / © DR, Maxppp
François Gissy a battu le record de vitesse sur vélo propulsé par un moteur à fusée, à plus de 300 km/h / © DR, Maxppp

François Gissy pouvait atteindre plus de 300 km/h en quelques secondes sur ses engins propulsés par un moteur fusée. Lors d'un essai où il tentait de battre son propre record, il trouve tragiquement la mort. Une exposition lui rend hommage à la Grange à Bécanes, à Bantzenheim, jusqu'en octobre 2019.

Par vincent.lemiesle

François Gissy, décédé le 5 mai 2018, était de la trempe de ces pilotes qui n'ont peur de rien. Et surtout pas des vitesses extrêmes ni des sensations fortes. Sa passion l'emportait toujours plus loin et plus vite, dans des accélérations foudroyantes, capables de le propulser de 0 à 100 km/h en quelques secondes.

Mais ce qui le distinguait des autres, dans sa catégorie de pilote casse-cou, c'était la façon dont il se faisait catapulter. Celui qu'on surnommait "l'homme fusée" ne pilotait pas des bolides classiques, dûment homologués, non. François Gissy roulait sur des vélos. Des vélos taillés pour la course, comme le montre la vidéo ci-dessous.
 
L'homme fusée
En 2013, François Gissy atteint la vitesse de 263 km/h en 8 secondes sur son vélo-fusée.


263 km/h en 8 secondes

Le 19 mai 2013, sur l’ancienne piste de la base militaire de Munchhouse, François Gissy dépasse la barre des 263 km/h en 8 secondes sur 300 mètres. Son bolide: un simple vélo, propulsé par un moteur fusée, conçu avec l'aide d'un ingénieur. Autrement dit, François Gissy est assis sur une énorme bombe.
 
François Gissy en 2013 sur son vélo-fusée / © Document remis
François Gissy en 2013 sur son vélo-fusée / © Document remis

"Il faut quand même savoir qu'on remplace le "moteur gravité", comme quand on descend une pente, par un propulseur, ce qui nous permet de faire ça [263 km/h en 8 secondes, NDLR] sur du plat. On est sur un vélo, regardez les freins, 10 euros la paire, c'est du bas de gamme", explique François Gissy, juste après sa course qui lui vaut de battre son précédent record de 2011.

Mais François Gissy ne s'arrête pas là. En témoignent ces images impressionnantes, tournées en 2014 sur le circuit Paul Ricard du Castelet.
 
françois gissy
En 2014, François Gissy atteint les 333 km/h après seulement 4,8 s d’accélération, sur le circuit Paul Ricard du Castellet.

Ce jour-là, pour la troisième fois, il bat encore son propre record, en atteignant la vitesse de 333 km/h en un peu moins de 5 secondes. La vidéo de sa performance, ci-dessus, totalise plus de 26 millions de vues en quelques semaines, son exploit est diffusé sur plus de 300 chaînes de télévision à travers le monde. 
 
François Gissy et son "tricycle" sur le circuit du Castelet en 2014 / © Document remis
François Gissy et son "tricycle" sur le circuit du Castelet en 2014 / © Document remis

En 2017, François Gissy passe un cap supplémentaire: il conçoit un tricycle à eau sous pression, lui permettant de passer de 0 à 100 km/h en une demi-seconde, soit une accélération de 5 G. Un pilote de chasse, dans son cockpit, ne fait pas mieux dans les virages...
 
Le tricycle sur lequel François Gissy trouve la mort en 2018, exposé à la Grange à Bécanes / © Document remis
Le tricycle sur lequel François Gissy trouve la mort en 2018, exposé à la Grange à Bécanes / © Document remis


Son rêve: passer la barre des 400 km/h

En 2018, il fabrique un tricycle, capable de le propulser à près de 300 km/h en un peu moins de 3 secondes, grâce à un moteur à vapeur dont la pression peut monter jusqu'à 45 bars. Avec ce nouvel engin, François Gissy se prend à rêver aux 400 km/h. Il ne pourra malheureusement jamais réaliser ce rêve: lors du 2e essai, le 5 mai 2018, il fait une sortie de piste qui lui est fatale. Il était âgé de 35 ans.
 
françois gissy
L'accident fatal qui lui coûte la vie le 5 mai 2018.

L'histoire de François Gissy, Haut-Rhinois originaire de Ranspach, est racontée à la La Grange à Bécanes, le musée de la moto et des deux-roues créé en 2013 à Bantzenheim. On peut y voir, notamment, les trois véhicules qu'il a conçus, ainsi qu'une video présentant ses différents exploits. L'exposition est visible jusqu'au mois d'octobre 2019.

Sur le même sujet

Charleville-Mézières : l'Institut international de la marionnette en difficultés financières

Les + Lus