Vandalisme à la basilique St-Remi : des avancées

Un étudiant de 20 ans a été interpellé... puis interné en milieu psychiatrique.

MISE A JOUR : Les faits remontent au vendredi 11 mai. Les actes de vandalisme ont été découverts entre midi et 13 heures : le saccage du reliquaire de la basilique St-Remi et le vol de l'épée d'une statue de Jeanne d'Arc dans une chapelle de la cathédrale. Des faits qu'auraient reconnu un jeune homme de 20 ans.

Cet étudiant de 20 ans présente des troubles psychiatriques et a été hospitalisé peu de temps après son interpellation hier.

----------------------------------------------------------------------------------------

Dans la basilique, des vases cassés, des crucifix abîmés. L'enceinte du tombeau de Saint Remi a également été endommagée, un bout de bois manque... et c'est justement ce morceau qui va aider les enquêteurs à remonter la piste du vandale.

Un précieux indice

Peu de temps après ces faits, un individu entre dans la cathédrale de Reims armé d'un bout de bois. Il retire de son socle l'épée d'une statue de Jeanne D'Arc située dans une des chapelles du monument. Il parvient à s'enfuir par la cour du Palais du Tau mais il aurait laissé un indice sur place : un morceau de bois... il s'agit probablement de celui qui a été subtilisé à la basilique peu de temps avant.

Le mystère s'épaissit

L'histoire ne s'arrête pas là. L'épée volée dans la cathédrale de Reims a été retrouvée moins de 24 heures après avoir été retirée. Un individu l'aurait déposée samedi soir à la cathédrale.

Ce n'est pas la première fois que des lieux de cultesont victimes de vandalisme dans la région. La fameuse épée en bronze de Jeanne D'Arc, sur le parvis de la cathédrale, a été volée au moins cinq fois (en 2002, 2004, 2006, 2008 et 2009). Des vols qui coûtent cher à la Ville de Reims : 20 000 euros. A ce prix là, l'épée a dû être remplacée par des accessoires de théâtre mais elle attire toujours autant les vandales !