Intérim : chute historique de 43,8% des emplois début 2020 dans le Grand Est

L'emploi intérimaire a été durement touché par la crise sanitaire liée au coronavirus. Au 1er trimestre 2020, 28.200 emplois ont disparu dans notre grande région, par rapport au trimestre précédent. 

Le BTP, au ralenti pendant le confinement, est un grand pourvoyeur d'emplois en intérim.
Le BTP, au ralenti pendant le confinement, est un grand pourvoyeur d'emplois en intérim. © Pascal Brocard. MaxPPP.
Avec la crise sanitaire, l'intérim enregistre pour le 1er trimestre 2020 une baisse historique de ses emplois dans le Grand Est : -43,8% par rapport au 4e trimestre de 2019. 28.200 emplois intérimaires ont disparu dans ce laps de temps, contre 12.000 emplois salariés. Dans sa dernière note de conjoncture du 10 juillet 2020, l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) explique que le Grand Est est la région la plus touchée en France. 

La crise liée au coronavirus a beaucoup impacté l'activité économique, qui a ralenti de 30% dans le Grand Est. Si l'emploi salarié a pu être globalement conservé grâce aux mesures de chômage partiel, l'intérim, temporaire par définition, a été le premier à faire les frais des perturbations économiques.

Les situations sont inégales d'un département à l'autre. La Meuse est un peu plus épargnée, elle perd toutefois un quart (25,6%) de ses emplois en intérim. A l'inverse, les Vosges perdent plus de la moitié (-52,2%) de ses intérimaires entre fin 2019 et début 2020.

En nombre d'emplois, c'est le Bas-Rhin qui est particulièrement touché : 7.600 en moins, soit le quart des emplois en intérim supprimés dans la grande région.

Les secteurs d'activité les plus impactés, qui ont souvent recours à l'intérim d'ordinaire, sont le BTP et l'industrie. Ils ont perdu respectivement 65% et 47% d'intérimaires entre fin 2019 et début 2020.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie coronavirus/covid-19 santé société déconfinement