Cet article date de plus de 3 ans

Jean Rottner: "la grève à SNCF est respectable, mais là on a dépassé les bornes pour les usagers"

Alors que la grève des cheminots reprend ce samedi, le président de région Grand Est Jean Rottner attend une réponse "la plus rapide possible" du PDG de la SNCF Guillaume Pépy, à sa demande de remboursement des usagers.

les assistants SNCF mobilisés pendant la grève
les assistants SNCF mobilisés pendant la grève © C.Munsch/France3Alsace
Alors que la grève des cheminots reprend ce samedi, le président de région Grand Est Jean Rottner attend une réponse "la plus rapide possible" du PDG de la SNCF Guillaume Pépy, à sa demande de remboursement des usagers.

"Les grèves, on peut les admettre un moment mais quand on doit aller au travail tous les jours ...il est normal que le service public puisse être remboursé quand il n'est pas effectué. Même si la grève est respectable, là on a dépassé les bornes pour les usagers."

"On a dépassé les bornes" ©France3Alsace

Alors que dans un courrier, Jean Rottner président de la région Grand-Est demande au directeur de la Sncf Guillaume Pépy, de procéder au remboursement des abonnés, afin qu’ils ne paient pas pour un service dont ils n’ont pas bénéficié, le Pdg de la SNCF annonce la possibilité d’une indemnisation des usagers sans attendre la fin du conflit ».

Plus de 1000 trains sur 1600 supprimés dans la région Grand-Est depuis le début de la grève du 3 avril. 32 collectifs et associations d’usagers se sont regroupés pour dire leur mécontentement des conséquences de cette grève perlée. Si ces mouvements leur font perdre du temps, ils leur font aussi perdre de l’argent. Ce sont en effet des dizaines de milliers d’usagers qui ont payé des abonnements de trains qui ne roulent pas.

« J’ai une place aussi au conseil de surveillance de la Sncf et au nom des présidents de région je défendrai cette position. J’attends une réponse la plus rapide possible. »

Jean Rottner: "j'ai une place au conseil de surveillance de la SNCF" ©France3Alsace

La grève a déjà coûté « une centaine de millions d’euros »  à la SNCF, a déclaré le patron de l’entreprise Guillaume Pépy au micro de RMC. Le coût de la grève, c’est même « de l’ordre de 20 millions d’euros par jour ».
Dans un autre entretien accordé ce mercredi à la voix du Nord, le Pdg de l’entreprise annonce la possibilité d’une indemnisation des usagers « sans attendre la fin du conflit ». Des annonces à ce sujet devraient être faites ce vendredi après consultation des présidents de régions.

Voici les jprochains ours de grève SNCF annoncés par les syndicats de cheminots :
samedi 28 avril,  dimanche 29 avril,

jeudi 3 mai, vendredi 4 mai,
mardi 8 mai, mercredi 9 mai,
dimanche 13 mai, lundi 14 mai,
vendredi 18 mai, samedi 19 mai,
mercredi 23 mai, jeudi 24 mai,
lundi 28 mai, mardi 29 mai,

samedi 2 juin, dimanche 3 juin,
jeudi 7 juin, vendredi 8 juin,
mardi 12 juin,  mercredi 13 juin,
dimanche 17 juin,  lundi 18 juin,
vendredi 22 juin, samedi 23 juin,
mercredi 27 juin, jeudi 28 juin.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève économie social sncf transports