• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Un jeune Alsacien remporte une médaille d'excellence aux Olympiades des métiers, à Kazan en Russie

Kévin Muller travaille comme médecin depuis ses quinze ans, dans le garage de son beau-père. / © Document remis
Kévin Muller travaille comme médecin depuis ses quinze ans, dans le garage de son beau-père. / © Document remis

Kévin Muller, 20 ans et originaire de Linsdorf (Haut-Rhin), vient de remporter une médaille d'excellence lors de la finale internationale des Worldskills, les Olympiades des métiers, organisées du 22 au 27 août à Kazan (Russie). Une sixième place mondiale qui couronne un parcours exceptionnel.

Par Noémie Gaschy

Kévin Muller est rentré de Kazan avec dans ses bagages une médaille d'excellence et une sixième place mondiale aux Worldskills, l'équivalent des Jeux olympiques pour les métiers. Du 22 au 27 août, il a affronté 43 professionnels en technologie automobile venus du monde entier.
 

Une expérience inoubliable pour le jeune mécanicien de 20 ans, particulièrement impressionné par l'ampleur de l'événement, dont la cérémonie d'ouverture a eu lieu devant 60.000 personnes dans un stade qui a accueilli la coupe du monde de football en 2018.
 

Sa devise ? "Avoir des objectifs dans la vie : quand on veut quelque chose, il faut se donner les moyens d'y arriver". Et Kévin Muller sait de quoi il parle. Il a démarré un apprentissage au garage Kuentz à 15 ans, dans son village sundgauvien de Linsdorf, chez son beau-père Jérôme, devenu son mentor. Depuis, il enchaîne les concours et les distinctions : meilleur apprenti de France et même major de promo en 2016, champion de France en 2018 avec le trophée pour la meilleure note tous métiers confondus, et meilleur artisan de France en 2019.
 

Comment avez-vous réagi lorsque vous avez décroché la sixième place et une médaille d'excellence ? 

"Mon objectif, c'était le podium. Il y a donc eu une sensation bizarre parce que je n'ai pas fini dans les trois premiers, mais en même temps être 6e, c'est le record pour un Français. Avant, le meilleur résultat était une septième place (à Abou Dabi, en 2017). Je suis fier de mon parcours et d'avoir pu représenter mon pays. Je me suis battu contre les meilleurs du monde. Rien que d'avoir pu participer à cette compétition, c'est génial. C'est une satisfaction personnelle."
 

Que peuvent vous apporter cette médaille et l'expérience de cette compétition ?

"Dans certains métiers, cette compétition peut vraiment ouvrir des portes. Celui qui a représenté la France pour le service en salle a par exemple déjà une opportunité à l'Elysée, il va y faire un stage dans quelques jours. Ce n'est pas le cas dans mon métier. Pour le moment, je vais rester travailler avec mon beau-père et peut-être qu'un jour, j'aurai mon propre garage. Nous sommes une entreprise familiale. Dans quelques temps, on aimerait avoir un deuxième garage."
 

Comment vous êtes-vous préparé pour cette finale des Worldskills ?

"Je me suis entraîné pendant quatre ans pour en arriver là. Depuis quelques temps, je ne m'accordais qu'une seule demi-journée de repos dans la semaine, le dimanche après-midi. Après la journée de travail, je m'entraînais de 18 heures à 21 heures en faisant chaque soir un module différent. Il fallait répéter, répéter et répéter encore les gestes pour être prêt dans tous les domaines car le jour J, les sujets étaient tenus secrets jusqu'au bout. Le samedi, j'allais au CFA à Mulhouse pour me préparer avec des entraîneurs et des anciens compétiteurs du métier. J'ai fait régulièrement des stages techniques dans le sud de la France."

"Et après avoir été champion national en décembre 2018, j'ai suivi des préparations physiques et mentales aves les autres membres de l'équipe de France. J'ai compris qu'avoir un bon mental est très important dans ce genre de compétitions. J'ai eu l'opportunité de participer à des stages à Abou Dabi et à une compétition en Chine. Humainement, c'est une belle expérience et techniquement, j'ai beaucoup appris : quand je suis revenu d'Abou Dabi, je savais travailler beaucoup plus rapidement."
 
Kévin Muller a représenté la France dans la catégorie technologie automobile. / © Document remis
Kévin Muller a représenté la France dans la catégorie technologie automobile. / © Document remis

Kévin Muller, dont l'une des passions est de restaurer les vieilles voitures, compte en rester là pour ce qui est des concours après avoir beaucoup voyagé ces derniers mois. A moins d'un autre "challenge particulièrement intéressant." 
 

 

Sur le même sujet

Elevage visons de Spincourt -Meuse

Les + Lus