L'ancien joueur de l'ESTAC, Florian Jarjat témoigne après un AVC

Les maladies vasculaires cérébrales sont la première cause de handicap de l’adulte en France, la première cause de décès chez les femmes et la seconde cause de démence après la maladie d’Alzheimer.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

##fr3r_https_disabled##Toute cette journée de jeudi, l'hôpital de Troyes proposait un communication autour de la maladie avec le témoignage d'un ancien joueur de l'ESTAC, Florian Jarjat.

Ce témoignage est précieux. Celui d'un ex-joueur de l'ESTAC qui, le 30 janvier 2015 a lors d'un entrainement, fait un accident vasculaire cérébral. Aujourd'hui, il a quasiment retrouvé toutes ses capacités, rien ne le prédisposait à un tel événement.
Dans le service de neurologie de l'hôpital de Troyes, 350 patients ont déjà été traités en 2015. L'une des clefs pour parvenir à une meilleure guérison est la prise en charge rapide, chaque minute compte.
En France il y a un AVC toutes les 4 minutes. Cela fait partie des premières causes de handicap. Plus d'un demi-million de patients qui ont eu un accident vasculaire cérébral vivent avec des séquelles au jour le jour.

Voir notre reportage

Ce témoignage est précieux. Celui d'un ex-joueur de l'ESTAC qui, le 30 janvier 2015 a lors d'un entrainement, fait un accident vasculaire cérébral. Aujourd'hui, il a quasiment retrouvé toutes ses capacités, rien ne le prédisposait à un tel événement.

Neuro Vasculaire (SFNV), les institutions et l’ensemble du Corps Médical se mobilisent afin d’informer le grand public.

Le but de cette journée est :
  • Alerter la population sur les Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC), leurs symptômes, et leur traitement
  • Sensibiliser le grand public sur l’importance de la prise en charge immédiate des victimes dès les premiers symptômes en appelant le ‘15 ‘
  • Inciter le grand public à surveiller sa tension artérielle, principal facteur de risque des AVC
L’AVC est l’une des principales causes de mortalité en France, la première pour les femmes ; première cause de handicap acquis de l’adulte, deuxième cause de démence. En France, chaque année, 155 000 nouvelles personnes sont touchées par un AVC, une toutes les 4 minutes, et 62 000 vont en décéder. Cette pathologie est souvent ignorée ou négligée, alors que près de 800 000 français sont touchés aujourd’hui et que plus de 500 000 en gardent des handicaps.

Une pathologie fréquente​

Les maladies vasculaires cérébrales sont la première cause de handicap de l’adulte en France, la première cause de décès chez les femmes et la seconde cause de démence après la maladie d’Alzheimer.
Par an, 1 400 000 personnes sont touchées par un AVC en Europe et 12 millions dans le Monde.
Selon l’étude publiée par Struijs en 2005, le nombre d’AVC pourrait augmenter de 28% entre 2000 et 2020 du fait du vieillissement de la population. Mais les AVC ne touchent pas que les personnes âgées, en effet ¼ des personnes concernées ont moins de 65 ans.

Une pathologie grave​

¾ des patients survivant à un accident vasculaire cérébral gardent des séquelles.
15% des AVC surviennent chez les moins de 50 ans, 25 % chez les moins de 65 ans, c’est à dire chez des personnes en activité professionnelle ou en âge légal de travailler, et plus de 50 % chez les personnes de 75 ans et plus.

Qu'est-ce qu'un AVC ?
Un accident vasculaire cérébral survient lorsque la circulation sanguine vers ou dans le cerveau est interrompue par :
  • un vaisseau sanguin bouché (AVC ischémique ou encore infarctus cérébral),
  • l’éclatement d’un vaisseau sanguin provoquant une hémorragie (AVC hémorragique) dans le cerveau.
Conséquence : les cellules du cerveau ne reçoivent plus l’oxygène et les nutriments dont elles ont besoin pour fonctionner normalement. Certaines sont endommagées, d’autres meurent.

Quels sont les symptômes ?
  • Un engourdissement, une faiblesse ou paralysie brutale d’un bras, d’une jambe, du visage ou d’une moitié du corps (c’est l’hémiplégie) faiblesse d’une moitié du corps,
  • Des difficultés à parler (aphasie),
  • Un trouble de la vision,
  • Des troubles de l’équilibre, de la coordination ou de la marche,
  • Mal de tête sévère et soudain n’ayant aucune cause connue.