Juillet au jardin et potager : il n'est jamais trop tard pour planter choux, courges, salades et tomates

Juillet : le jardinier averti ne sait plus où donner de la tête. Pourtant, il arrive encore que d'autres, tardifs, se réveillent seulement en ce début d'été. Bonne nouvelle : il n'est jamais trop tard, foi d'Eric Charton, expert du Club Relais Jardin et Compostage.
Tout le monde n'a pas un potager aussi beau.
Tout le monde n'a pas un potager aussi beau. © MaxPPP/Jean-François Frey
Cette année 2020 aura été chamboulée par la crise sanitaire du coronavirus. Au jardin aussi, les choses ne sont pas habituelles. Les nouveaux heureux locataires de jardins familiaux, par exemple, viennent parfois tout juste de se voir remettre les clés de leurs parcelles et se retrouvent bien démunis devant leurs terrains nus. 
Pas de panique ! Eric Charton, notre spécialiste du jardinage (et accessoirement membre du Club Relais Jardin et Compostage de la Métropole de Strasbourg) le garantit : il est encore temps de planter au potager. D'ailleurs, les plus experts le savent, ils décalent ainsi les périodes de leurs récoltes. Voici ses trois conseils pour vous occuper au jardin en ce mois de juillet qui s'annonce bien sec.

1 - À la mode de chez nous, plantons des choux 

Pour certains légumes, juillet est précisément la bonne période de plantation. C'est le cas de tous les choux à fleurs, comme le brocoli, le chou-fleur, le chou Romanesco, qui donnent en hiver. D'autres choux, qu'on a pu commencer à planter plus tôt sont encore sur le rang : les choux-raves, les choux navets et les rutabagas. C'est en revanche plus osé pour les choux pommés. Les pommes vont avoir du mal à se former. Quant aux choux feuilles, comme le chou khal, on peut encore y aller. 
Il est encore possible de planter vos navets, navets d'hiver, navets jaunes, rouges ou noirs. Ainsi que de planter haricots verts et haricots nains, et ce, jusque début août. Idem pour les plus petites variétés de courges, les courgettes, les concombres et mêmes certains melons.
Un plant de courges, oui mais de quelle variété ?
Un plant de courges, oui mais de quelle variété ? © Eric Charton/FTV
Pour les salades, laitues, mâche et chicorées sont encore bonnes à repiquer, tout comme les blettes, au sujet desquelles Eric nous a déjà fait l'article. Enfin -et c'est une surprise pour moi-, vous pouvez encore repiquer vos plants de tomates. Si vous en avez fait de trop ou si certains plants poussent tout seuls au gré des vents, Eric l'affirme, vous pouvez encore leur trouver une place au potager. Il va de soi, qu'elles donneront tardivement, mais en ces temps de dérèglement climatiques, il n'est désormais plus rares de cueillir ses dernières tomates en novembre. À tenter donc. 
Au passage Eric ne résiste pas à vous offrir son dicton du mois : "En cuisine le choux pommé s'accorde bien avec le pain perdu"...

2 - Focus sur le chou chinois

Avec la mondialisation de la gastronomie et l’engouement pour les recettes de cuisine, le chou chinois est de plus en plus souvent présent dans nos assiettes. C'est l'idée du mois, car juillet est pile-poil le bon mois pour le semer. Surtout pas plus tôt, car c'est un chou d'arrière-saison. Voici les conseils d'Eric Charton pour les semer :Le chou chinois peut passer l'hiver dehors. Son seul défaut, c'est qu'il craint la sécheresse. Il est aussi particulièrement sensible aux altises, comme le radis. Le risque c'est que ses feuilles soient parsemées de multiples petits trous, car ces insectes adorent leurs feuilles. Cependant, ces petits trous n'empêchent pas de manger ce qui reste ! Et compte tenu du bon rendement qu'il produit, il vous en restera assez pour agrémenter vos salades en le coupant en lamelles, ou deviendrez experts en plats vietnamiens ou thaï. 

3 - Il est temps de descendre au verger

Et oui, c'est Eric qui le dit. Sus aux idées reçues ! L'expert du jardin nous conseille de s'occuper dès maintenant de tailler les gourmands de nos fruitiers. Sur les tomates, nous avons déjà expliqué ce que sont les gourmands. Sur les fruitiers, c'est à peu près la même chose en plus gros ! Ce sont les jeunes pousses qui émergent d'avril à mai. Ces jeunes branches poussent souvent toutes droites et pointent vers le ciel. Elles ne donneront pas de fruits la première année, mais sont connues pour en regorger au bout d'une ou deux années. Ce qui fait réfléchir à deux fois quand la main veut tailler. Mais attention ! Si vous laissez tous les gourmands pousser, vous allez voir votre arbre pousser en hauteur. Pas pratique donc pour la récolte qui va s'élever d'autant. Les branches basses qui ne recevront plus la lumière, vont cesser de donner, et comme le dit Eric, l'arbre va se mettre en mode auto-taille. Comprenez que les branche basses, se sentant inutiles, vont se laisser mourir et vont tomber.
Croquis réalisé par les bons soins d'Eric
Croquis réalisé par les bons soins d'Eric © Eric Charton/FTV
Le conseil est donc bien de "tailler au vert", c'est-à-dire dès maintenant, pour éviter à l'arbre de pousser trop en hauteur. Car, le gourmand a tendance, l'orgueilleux, à viser toujours plus haut, faisant prendre le risque à l'arbre tout entier d'être plus sensible aux maladies et aux prédateurs.
Dernier détail, mais non des moindres, ne taillez jamais au sécateur, cela aurait pour conséquences -en raison des deux lames de l'outil- de créer des "yeux dormants". Joli nom pour joli piège (à la manière de la belle du même adjectif). Ces yeux dormants risquent de donner le jour à d'autres gourmands, qu'il faudra à nouveau tailler, surtout pas au sécateur car cela aurait pour conséquence de créer des yeux dormants, qui....... Vous avez saisi le cercle vicieux ou la mise en abîme ? Alors avec quoi faut-il les tailler ? Avec une scie à bois tout simplement. 
Le premier principe à respecter pour la taille, c'est l'équilibre de l'arbre, équilibre entre les racines et les branches. Si trop de gourmands ont été laissés, l'arbre poussera plus haut et à la reprise de la sève, il faudra que ses racines s'étoffent, occupant l'arbre à autre chose que la floraison. Il faut donc en laisser pousser mais la juste dose. L'autre principe de la taille, c'est de faire en sorte que toutes les branches voient le soleil. C'est votre coup d'œil qui vous guidera. 


Il existe une contre-indication à ce conseil de taille au vert. C'est lorsque votre arbre est trop petit, qu'il a du mal à pousser. Restez-en alors à la taille d'hiver. 
Dans tous les cas, pensez aussi à tailler les rejets au pieds de vos arbres, il les fatiguent. Tailler le plus au ras du sol possible - je suis tentée de dire au ras des pâquerettes- et, pitié, surtout pas à la tondeuse. 

Vous aimez tous ces conseils d'Eric ?

Vous pouvez le retrouver sur la page Facebook Jardin et biodiversité en Alsace, sur la chaîne Youtube Jardin et biodiversité ou sur son blog Jardin et biodiversité. Vous pouvez aussi piocher vos conseils sur le site du club relais jardin et compostage. Et encore une bonne nouvelle, Eric donne des formations et va peut-être devenir un aficionados des webinaires. 

Retrouvez ci-dessous tous nos conseils jardinage, saison par saison. Faites défiler les articles en cliquant sur les flèches ou cliquez sur la saison de votre choix dans la chronologie.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jardinage loisirs sorties et loisirs