REPLAY. Last Train : trois raisons de voir un concert inédit du meilleur quatuor rock alsacien sur France 3 Grand Est

Le groupe haut-rhinois Last Train est l'une des figures montantes du rock français. Voici trois bonnes raisons de voir leur concert enregistré à Meisenthal en décembre 2020. A re(voir) en replay sur le site internet de France 3 Grand Est.
Le groupe Last Train au complet pendant l'enregistrement du concert à la Halle Verrière de Meisenthal en décembre 2020.
Le groupe Last Train au complet pendant l'enregistrement du concert à la Halle Verrière de Meisenthal en décembre 2020. © Libelo Productions. JJJ Productions. France Télévisions.

Figure montante du rock français, le groupe haut-rhinois Last Train a été la découverte du Printemps de Bourges en 2015. Depuis, ils ont enchaîné plus de 350 dates aux Etats-Unis, au Japon, en Allemagne et en Angleterre. Jean-Noël Scherrer (chanteur, guitariste), Julien Peultier (guitariste) et Timothée Gerard (bassiste) se sont rencontrés au collège Jean-Monnet de Dannemarie. Il ne leur manquait plus qu'Antoine Baschung (non, pas le fils de...), le batteur, rencontré au lycée J.J. Henner à Altkirch, pour être au complet. Le concert - inédit - a été enregistré sans public dans un lieu insolite, la Halle Verrière de Meisenthal, en décembre 2020.

1. Un rock aussi beau que violent 

Le rock, c'est organique chez ces quatre amis de toujours. Passés de l'adolescence à la vie d'adultes plus vite que prévu, ils développent leur propre maison de disque et agence de booking. The Big Picture est sorti à l'automne 2019, c'est l'album de la beauté mélancolique mêlé à la brutalité. Jean-Noël explique : "Le rock peut être beau, intelligent, tout en restant incisif et violent." Enregistré en Norvège à Ocean sound recordings, passé entre les cordes de l'Orchestre symphonique de Mulhouse et le studio White bat recorders en Alsace, il a propulsé le quatuor dans la cour des grands.

2. Des bêtes de scène

Leur plus grand plaisir et challenge : jouer sur scène, chaque fois comme si c'était la dernière fois. Les Alsaciens ont été inspirés par ces groupes qui donnent eau et sang lors des représentations. A la Halle Verrière, ils jouent, sautent et suent sur leurs instruments et derrière leurs micros. Malheureusement la crise sanitaire les a coupés dans leur élan, les empêchant de suivre la tournée des californiens The Red Hot Chili Peppers en tant que première partie et en annulant leur tournée promotionnelle.

3. Un lieu exceptionnel

C’est dans un lieu mythique de l'industrie verrière, devenue scène nationale des musiques actuelles, au sein d'un décor patrimonial hors du commun, que Libelo productions a imaginé, avec le réalisateur Nathan Benisty, un concert sans public avec un dispositif cinématographique exceptionnel. L’occasion pour Last Train de performer dans des conditions uniques. Une équipe de 20 techniciens (sons, lumières et vidéos) a été mobilisé pour réaliser cette captation dans une scénographie sensationnelle.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture art musique concerts spectacle vivant