Moselle et Bas-Rhin : le vaccin Moderna distribué aux pharmaciens et aux médecins généralistes

Depuis le vendredi 23 avril, les médecins et les pharmaciens de Moselle peuvent vacciner les personnes de plus de 60 ans avec le vaccin Moderna. Le département lorrain n'a pas été choisi par hasard. La Moselle est particulièrement touchée par le variant sud-africain.

Particulièrement touché par le variant sud-africain, le département de la Moselle va bénéficier de doses supplémentaires du vaccin Moderna.
Particulièrement touché par le variant sud-africain, le département de la Moselle va bénéficier de doses supplémentaires du vaccin Moderna. © Yves Quéméner, France télévisions

Vendredi 23 avril 2021 la vaccination contre la Covid-19 avec le vaccin Moderna, habituellement pratiquée dans des grands centres, doit commencer en Moselle. Dans ce département, le variant sud-africain représente 22% des contaminations. Ainsi, 6.000 doses du vaccin Moderna-ARN Messager ont été acheminées dans les officines des pharmaciens et des médecins généralistes. C'est-à-dire 600 flacons, 450 pour les médecins et 150 pour les pharmaciens. 

"Les médecins et les pharmaciens du Grand Est ont mis en place une plateforme qui permet d’optimiser les commandes de Moderna et les livraisons des vaccins au plus près des professionnels", explique un pharmacien de Moselle. "Ce qui compte surtout pour nous, c’est de tester la logistique et le cheminement de ces vaccins et de voir si la chaîne du froid est bien respectée".

Il s'agit de mieux lutter contre le développement du variant sud-africain

Un médecin de Metz

Dans le Bas-Rhin, une soixantaine de communes est également concernée. Pour les médecins, c'est une possibilité d'entrevoir enfin le bout du tunnel car "avec le refus de l’Astra Zeneca, c’est évidemment une bonne nouvelle pour nous. Cela sera une bonne sortie de secours pour pouvoir relancer la vaccination", ajoute un médecin de Metz. 

Renforcement de l’accès au vaccin ARN Messager

Lamia Himer, ‎déleguée territoriale Moselle de l'ARS Grand Est, rappelle que le département "était déjà dans une phase de renforcement de l’accès au vaccin ARN messager pour les populations les plus fragiles et que nous étions déjà dans une dynamique de renforcement de la vaccination". 

Dans un avis rendu le 9 avril, la Haute autorité de santé préconise d’accélérer la vaccination chez les plus de 60 ans. L'ARS précise que "la mise en œuvre de ce dispositif fera l’objet d’un suivi rapproché et d’une évaluation à court terme dans la perspective de son extension à l’ensemble du territoire national". Si l'expérimentation en Moselle, qui a valeur de test, se révèle concluante, elle sera étendue à tout le territoire.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société covid-19 région grand est