Elections départementales 2021 en Lorraine : le vote Rassemblement National à la loupe

Publié le
Écrit par Emmanuel Bouard avec Aurélie Gay

Par rapport aux élections départementales de 2015, le Rassemblement National a perdu en Lorraine entre la moitié et les deux-tiers de ses voix lors du scrutin du dimanche 20 juin 2021. Mais le recul du RN est relatif : son emprise reste forte dans certains cantons.

Les chiffres bruts sont sans appel. Lors du premier tour des élections départementales en Lorraine, le Rassemblement National a perdu la moitié de ses voix en Meurthe-et-Moselle : le RN ne récolte que 34.035 voix le 20 juin 2021, contre 66.916 en 2015. En Moselle, près des deux tiers des électeurs lepénistes se sont envolés : 103.892 voix en 2015, 44.802 en 2020. Moitié moins en Meuse, un gros tiers dans les Vosges.

Selon nos confrères du Monde dans un article daté du mercredi 23 juin "dans le Grand Est les nouveaux abstentionnistes sont d’anciens électeurs lepénistes". L’adage est parfaitement valable pour les résultats aux élections régionales, où Laurent Jacobelli est très en recul par rapport aux résultats de Florian Philippot en 2015 : à peine 21,12% contre 36,07%.

Les résultats de ce premier tour battent en brèche une idée largement admise jusque-là dans la sociologie électorale : l’électorat du RN/FN se mobiliserait systématiquement pour ses candidats, au contraire des autres qui seraient plus enclin à l’abstention. Sur ce point, les scrutins de dimanche paraissent clairs : l’abstention ne favorise plus forcément l’extrême-droite.

Bastions

Mais le RN/FN s’est souvent implanté avec succès dans les cantons qui connaissaient déjà un contexte grandissant d’abstention. Généralement, là où l'abstention était forte, le parti fondé par Jean-Marie Le Pen était fort. L’élection de Fabien Engelmann à Hayange (Moselle) en 2014 est ainsi possible grâce une division de la gauche au premier tour, mais aussi grâce à une participation des électeurs plus faibles que dans le reste de la vallée de la Fensch.

L’ancien syndicaliste CGT passé par Lutte Ouvrière et le NPA obtient 2.290 voix au second tour avec une abstention de 43%, un chiffre supérieur de cinq points à celui du national. Le premier maire FN de Lorraine a su capitaliser ensuite pour maintenir ses scores dans toutes les élections suivantes : il triomphe aux municipales en 2020, mais avec seulement 2.614 voix sur 11.758 inscrits, et l'abstention grimpe encore à 68,86%.

Dans le canton de Baccarat (Meurthe-et-Moselle), le RN réussit à se maintenir au deuxième tour des départementales 2021, mais avec la moitié des voix de 2015. L’abstention reste forte avec 65%, mais c’est l’une des plus faibles du département. Le RN perd 2.000 voix, pourtant les lepénistes locaux mèneront le seul duel droite-extrême droite de Meurthe-et-Moselle. En Moselle, c'est dans le canton de Faulquemont que le RN rassemble le plus de voix cette année, avec 2.817 suffrages, mais il perd 2014 voix par rapport à 2015.

A Forbach, où Florian Philippot, alors vice-président du Front national avait été parachuté en 2012, la greffe n’a jamais pris. La très forte abstention aux municipales de 2020 n’avait pas profité au RN (éliminé au premier tour), ni à Florian Philippot qui se présentait sous ses propres couleurs (Les Patriotes). Aux départementales de 2021, le score du RN est divisé par quatre en nombre de voix au premier tour. L’enracinement est un échec complet.

Branding

Le RN est-il une marque ? Si le branding cher au monde anglo-saxon a pu fonctionner un temps dans l’hexagone pour le parti d’extrême-droite, il s’est peut-être retourné contre ses candidats : le parrainage systématique de Marine Le Pen varie avec la popularité de cette dernière, et ses déclarations au jour au jour. Selon les derniers sondages du début juin 2021, la présidente du RN serait qualifiée pour le second tour des élections présidentielles de 2022. Mais ces projections n’ont pas ruisselé sur les candidats lorrains, encore tous quasi inconnus et peu ancrés.

Seules les personnalités, Engelmann en tête, ont su tirer profit à un moment donné de la marque FN/RN mais elles sont peu nombreuses, et pas relayées. Le maire d’Hayange lui-même, candidat aux départementales en 2015, ne s’est pas représenté en 2021. Ses poulains sont en tête dans le canton au soir du premier tour avec 40% des suffrages exprimés, mais avec seulement 2.656 voix sur la ville d’Hayange, soit quasiment le même nombre de voix qu’Engelmann au premier tour des municipales en 2020.

Aucun des quinze binômes FN arrivés en tête au premier tour des départementales en Moselle en 2015 n’a réussi à l'emporter au second. Trois seulement sortent en tête en 2021. Aucun binôme en Meurthe-et-Moselle. Depuis son élection en 2014, Fabien Engelmann n’a réussi à faire élire aucun de ses candidats dans la vallée de la Fensch.

Schizophrénie

L’ancienne région Lorraine présente une autre particularité saisissante pour le RN : le décalage entre les résultats aux départementales et celui des régionales. Les deux modes de scrutin sont très différents, ils peuvent entrainer la confusion pour les électeurs, car l’élection régionale se déroule avec des listes… départementales. Dans lesquelles le RN présente les mêmes candidats : en Meurthe-et-Moselle curieusement, ceux-ci obtiennent plus de voix pour le département que pour la région Grand-Est, avec 34.035 voix contre 30.225. Il y a donc un peu moins de 4000 électeurs qui ont voté pour un candidat RN aux départementales, mais ne l’ont pas choisi pour les régionales !

Arbitres

En difficulté au soir du premier tour, le RN ne pourra prendre aucun département lorrain. Mais il pourrait faire battre la gauche ou la droite, notamment en Meurthe-et-Moselle. Dans le canton de Mont-Saint-Martin, le FN avait fait plus de 40% au second tour en 2015. Non qualifié en 2021, pour qui voteront ses électeurs ? Idem à Longwy où le FN avait obtenu 36% au second tour, à Pont-à-Mousson 40%. L’abstention était moins forte de 15% en moyenne qu’aujourd’hui. "Le pouvoir de nuisance du RN reste intact" estime un élu socialiste lorrain, "j’aimerais bien savoir comment les déçus du premier tour vont se comporter dimanche prochain".