Mesures de sécurité en vigueur : les départements lorrains face aux violences urbaines

La situation très tendue pousse les villes et les préfectures en Lorraine à adopter des mesures de sécurité pour protéger les citoyens. Transports en commun ou évènements culturels, plusieurs manifestations publiques sont annulées pour protéger la population, ce vendredi 30 juin 2023.

Véhicules incendiés, enseignes commerciales détruites, établissements publics et privés endommagés... Au vu de l’escalade de violences urbaines, ce vendredi 30 juin 2023, Metz et Nancy ont pris des mesures de sécurité pour tenter d’éviter les troubles à l’ordre public. 

A Nancy, le spectacle Son et Lumière, de la place Stanislas est annulé ce vendredi soir. Une réunion de crise s’est tenue, le Maire de Nancy condamne les dégradations et appelle au calme.

Mathieu Klein est favorable à un couvre-feu. Concernant le concert de Soprano samedi soir, il déclare : "c’est souhaitable d’annuler l’évènement".

La décision sera prise demain lors d’une nouvelle réunion.

La mairie de quartier du Plateau de Haie, fortement touchée par les dégradations rouvrira lundi 4 juillet 2023. Mathieu Klein invite les associations sportives à faire de la médiation auprès des jeunes pour calmer la situation.

Aucun bus ne circulera à Nancy à partir de 21h ce vendredi. Le réseau STAN a pris la décision d’arrêter le service ce 30 juin 2023. 

"Constellations" annulé à Metz

À Metz le maire François Grosdidier a décidé de suspendre les transports en commun ce vendredi soir, à partir de 19h30. Le Festival international des arts numériques Constellations qui se déroule en ce moment est également annulé ce vendredi.

 "Je prends avec regret la décision d’annuler ce soir le festival Constellations et de suspendre les transports en commun à partir de 19h30, en raison de l’appel d’organisations politiques à manifester en centre-ville à 20h et non 18h ou demain en pleine journée. Le mot d’ordre « la police tue ! » alors que la justice est saisie de la mort du jeune Nahel et que le mis en cause est détenu, l’appel aux renforts des « jeunes des quartiers » aux côtés des manifestants politiques après une nuit de violences gratuites et de destructions sont totalement irresponsables, voire criminels. Je prends donc la responsabilité de ces décisions", déclare le maire de Metz dans un communiqué. 

À l’appel de la Fédération des commerçants de Metz, les restaurateurs sont conseillés de fermer leurs établissements et bars à partir de 18h ce soir.

En Meuse, la préfecture interdit "l’achat, la distribution et le transport de carburant", ainsi que  "la vente, le transport et l’utilisation des articles de divertissement pyrotechnique" à partir de ce soir et jusqu’au 4 juillet.

En revanche le festival Renaissances à Bar-le Duc est maintenu pour l’heure.

L’état d’urgence non décrété pour l’instant

Du coté des forces de l’ordre, la situation est aussi très compliquée. Plus de 600 interpellations ont eu lieu la nuit dernière en France, mais l’état d’urgence n’a pas été décrété par le Président de la République.

L’annonce des manifestations publiques annulées en Lorraine, satisfait les syndicats.

"L’annulation de ces événements culturels est la moindre des choses. Nous avons passé une nuit très mouvementée, les dégâts matériels à Nancy, Toul et Pont-à-Mousson sont considérables. Le Raid a été envoyé en renfort sur le Pays-Haut. Nous avons demandé le décret de l’état d’urgence car un tiers des délinquants qui ont été interpellés cette nuit, ont entre 14 et 18 ans. En situation d’« état d’urgence », ils n’ont pas le droit de sortir, c’est comme un couvre-feu. Ces jeunes, n’ont rien à faire dehors… La violence est encore montée d’un cran. Ce qu’on souhaite, c’est la sécurité de tous : pas de blessés, ni chez les citoyens, ni chez nos collègues mobilisés" , explique Emmanuel Peltier, secrétaire général Alliance Police Nationale 54.

Le syndicat UNITÉ SGP POLICE FO 54 lance un appel au calme et à la raison dans un communiqué envoyé aux rédactions.

"Les comportements violents envers les forces de police ainsi que les dégradations commises par une petite frange d’individus qui voient dans l’actualité l’occasion de laisser libre court à leur violence, sont inacceptables", déclare le syndicat de police. 

Deux manifestations contre les violences policières devaient avoir lieu à Nancy et à Metz ce vendredi à partir de 20h. Les préfectures de Moselle et de Meurthe-et-Moselle vient de les interdire.