Marne : les habitants de Cormicy s'insurgent contre un projet immobilier dans leur "petite cité de caractère"

Un projet de construction d'un immeuble de six logements dans la commune labellisée "petite cité de caractère" sème la discorde.

Le 8 rue du général Leclerc à Cormicy, où un immeuble de deux étages doit être construit / mars 2021
Le 8 rue du général Leclerc à Cormicy, où un immeuble de deux étages doit être construit / mars 2021 © FM / FTV

"Entre nous, on l'appelle la verrue". Ce jeudi 18 mars, ils sont cinq Cormiciens à nous attendre dans le froid, au numéro 8 de la rue du général Leclerc à Cormicy. C'est à cet endroit précis de la commune d'un peu plus de 1.000 habitants, labellisée "petite cité de caractère" depuis 2017, que doit prochainement voir le jour un projet immobilier qui inquiète le voisinage. Sur un terrain vendu en 2018, un immeuble de presque 11 mètres de hauteur, inhabituel dans le paysage, doit bientôt voir le jour.  

 

"Il y aura 16 chambres et pas un mètre carré de jardin"

"Le problème n’est pas personnel envers les futurs habitants, assure l'une des membres du collectif. L’objectif de la mairie, c’est de remplir les écoles au détriment du bien vivre à Cormicy." Et la voisine de regretter : "La parcelle ne mesure que 346m2, il y aura 16 chambres et même pas un mètre carré de jardin et sans trottoir." A ses côtés, Catherine Frau, habite le village depuis douze ans. L'immeuble doit voir le jour en face de sa maison, et elle craint que celle-ci ne perde beaucoup de valeur à la revente. Depuis dimanche, elle et deux autres habitants ont rédigé une pétition et récolté plus d'une centaine de signatures.

Autre point de crispation : l'aspect esthétique du bâtiment, qui contraste avec le reste du bourg. Sans compter les nombreuses contraintes qu'impliquent le label "petite cité de caractère". Récemment, Catherine Frau a financé des travaux dans sa maison et "ils ont coûté 35% plus cher que prévu. Avec les normes du label, on a dû refaire le toit en tuiles et en zinc", regrette-t-elle. "Nous sommes labellisés petite cité de caractère : on ne peut pas installer de volets roulants, ni de fenêtres PVC", abonde Philippe Candelier, qui s'occupe de la maison de son père. "Et là, dans le projet, on voit qu'il y en a", dénonce-t-il.

 

Un projet légal selon la mairie

De son côté, la mairie affirme que le projet est conforme aux normes d'urbanisme. "Je comprends tout à fait qu'on puisse s'opposer à un tel projet, concède le maire, Dominique Décaudin (sans étiquette). Mais ce que je peux dire, c'est que le projet a été instruit conformément à la réglementation en vigueur. Il a été validé et travaillé avec l'architecte des bâtiments de France."

Catherine Frau, voisine du projet, a établi ces plans pour rendre compte des dimensions du projet.
Catherine Frau, voisine du projet, a établi ces plans pour rendre compte des dimensions du projet. © FM / FTV

Concernant l'aspect visuel du bâtiment, l'édile se veut rassurant. "La garantie est apportée par l'architecte des bâtiments de France, assure-t-il. Il a été très vigilant sur l'impact d'un tel bâtiment à cette distance de l'Eglise, car a demandé à Immo cop de revoir leur copie pour revoir l'impact sur le visuel."

Selon lui, le projet répond à une forte demande de logements dans la commune. "On a une demande très importante, par les habitants et les entreprises qui se développent", affirme Dominique Decaudin. En attendant, les habitants ont déposé un recours gracieux à la mairie. "Tout est prêt pour un recours au tribunal administratif", prévient l'un d'eux. Si tout se passe sans embûche, le chantier devrait commencer en septembre 2021, selon Immo Coop.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ruralité société polémique