JO d'hiver 2018. Maxence Muzaton prêt à s’envoler pour Pyeongchang

Maxence Muzaton, à la Coupe du monde de ski alpin en Suisse, le 13 janvier 2017. / © Fabrice COFFRINI / AFP
Maxence Muzaton, à la Coupe du monde de ski alpin en Suisse, le 13 janvier 2017. / © Fabrice COFFRINI / AFP

Ce mercredi, soit onze jours avant le coup d'envoi des Jeux Olympiques d'hiver 2018, Maxence Muzaton décollera pour la Corée du Sud. Portrait d'un Sparnacien qui vit désormais à La Plagne.

Par Raphaël Doumergue

Le skieur, Maxence Muzaton, d’origine sparnacienne, est prêt à partir pour ses premiers Jeux Olympiques. Il décollera ce mercredi avec une partie des membres de l’équipe de France pour la Corée du Sud. Soit onze jours avant l’épreuve de descente (11 février) histoire de se remettre du décalage horaire, de prendre ses marques alors que les températures avoisinent les -20° et de tester la neige coréenne.

Quelques heures après une 21e place lors de la manche de coupe du monde de Garmisch-Partenkirchen (Allemagne), Maxence Muzaton, est d’ores et déjà tourné vers la grande échéance de cette saison : les Jeux Olympiques. Joint par téléphone, le natif d’Epernay, semble serein avant ce grand rendez-vous.

J’ai essayé d’être performant tout au long de la saison, mais maintenant, il s’agit de ne pas avoir de regret

confie le licencié du club de La Plagne.

Premiers Jeux olympiques en Corée du Sud


Classé actuellement 23e de cette Coupe du monde, avec une belle performance et une 7e place lors de la descente de Wengen le 13 janvier dernier, Maxence Muzaton espère apprécier à plein ses premiers Jeux.

Je veux faire cette descente à 100%. Ne pas se retourner et se dire ah là j’aurai dû mieux faire… Après on verra au niveau comptable ce que cela donne au niveau de la place. 


On ne peut pas tout miser sur la chance ! #dpforever : Getty @vmuffatjeandet

Une publication partagée par Maxence Muzaton (@maxmuzat) le



Âgé de 27 ans, Maxence est né à Epernay en 1990. De parents saisonniers, il va partager sa vie entre la Champagne et La Plagne. Six mois dans les vignes, six mois à la montagne, jusqu’à ce qu’il rentre à l’école primaire. "Après, mes parents ont privilégié ma scolarité et comme je skiais déjà, je suis resté dans les Alpes."

Je reviens au moins une fois par an en Champagne, pour voir ma famille.


Engagé en descente, le Sparnacien devrait l’être également en combiné alpin. Ses deux compétitions auront lieu les 11 et 13 février prochain. Et l’on pourrait bien voir pétiller un Français au pays du Matin calme.

A lire aussi

Sur le même sujet

Epinal : un centre d'usinage dernier cri à l'ENSTIB

Les + Lus