Marne : les Beechcraft 360 de l'armée désormais développés et aménagés par le groupe ASI à Prunay et Vatry

Publié le Mis à jour le
Écrit par Clément Pravaz
Le groupe ASI a décroché un contrat de plusieurs dizaines de millions d'euros pour modifier et aménager la flotte de Beechcraft 360 de l'armée française
Le groupe ASI a décroché un contrat de plusieurs dizaines de millions d'euros pour modifier et aménager la flotte de Beechcraft 360 de l'armée française © Textron Aviation Inc

C'est à l'aéroport de Prunay et Vatry que les avions de l'armée française vont être développés, aménagés et entretenus. Le groupe ASI vient de décrocher un contrat exceptionnel de plusieurs dizaines de millions d'euros. Grâce à leurs avions, l'armée pourra expérimenter de nouveaux radars, caméras et systèmes d'écoute.

"On est un peu le petit poucet de ce marché". Jean-Pierre Kohn ne cache pas sa fierté d'avoir remporté ce marché prometteur. Le PDG du groupe ASI avait en face de lui deux sociétés appartenant à des grands groupes. "C'est une reconnaissance de notre travail, du savoir faire du groupe et aussi un aboutissement personnel".

Lui qui a créé le groupe il y a 13 ans, réalise que sa société vient de franchir une étape supérieure : "Quand on est une petite PME, on a des facilités à obtenir des petits marchés. Mais avoir un gros contrat face à des grosses entreprises, c'est une satisfaction". Une satisfaction, mais également une pression supplémentaire, car "on arrive dans la cour des grands".

On arrive dans la cour des grands

Jean-Pierre Kohn - PDG du groupe ASI

Au programme de ce contrat qui a commencé la semaine dernière et pour une durée de 13 ans, l'entreprise ASI devra acquérir des Beechcraft 360 neufs. Ces derniers sont fabriqués à Wichita au Kansas. Le contrat prévoit jusqu'à trois avions.

Dans environ un an, les premiers appareils arriveront dans la Marne. ASI devra alors les modifier et les aménager en avion banc d'essai. C'est-à-dire une sorte de laboratoire dans lequel l'armée pourra expérimenter de nouvelles technologies comme des radars, caméras et systèmes d'écoute. ASI devra assurer la maintenance des appareils pendant toute la durée du contrat.

Les avions serviront également pour la formation des équipages d’essais à l’EPNER (Ecole du personnel navigant d’essais et de réceptions). Les équipages d'essais sont chargés de piloter des avions en phase d'expérimentation, qui ne sont pas encore certifiés.

Ce contrat est "la suite logique" d'un contrat que l'entreprise marnaise détient avec les douanes françaises depuis 10 ans. Ils ont livré 6 Beechcraft 350 sur les 16 prévus.

Un contrat 100% champardennais

La mission confiée à ASI se déroulera dans deux aéroports de la région : à Prunay et à Vatry. "Prunay est le cerveau de l'entreprise avec la partie bureau d'étude" détaille son président. Toute la partie fabrication se fera à Vatry pour des raisons de foncier et de longueur de piste.

"On a fait le choix fort de développer un groupe régional à Prunay et Vatry. On regarde également des sites environnants, mais notre choix est de rester en région Champagne-Ardenne".

A terme, ce seront une dizaine d'emplois qui seront créés grâce à ce contrat. Notamment des postes à Prunay pour l'ingénierie et à Vatry en chaudronnerie, mécanicien, ajusteur-monteur.

ASI n'en n'est pas à ses débuts en matière d'aménagement et de maintenance d'aéronefs. Ils modernisent des avions et hélicoptères du monde entier pour des missions principalement environnementales ou sécuritaire. Par exemple pour des avions de lutte contre le narcotrafic en Corée du sud ou Namibie. Ils viennent également de livrer un appareil à une université Allemande pour mesurer notamment l'impact des champs éoliens en haute mer sur les flux marins.

La Champagne, berceau de l'aviation, continue donc d'entretenir sa renommée.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.