Marne : tournage de " Tout pour être heureux ? " à Rilly-la-Montagne

Jusqu'à dimanche, un documentaire se tourne dans la montagne de Reims. Son titre interrogatif, résume le propos du film. Comment des frères et sœurs de personnes consommatrices de drogues vivent-ils ce drame ? Comment gérer ces situations avec l'entourage, les enfants notamment ? 
Rilly-la-Montagne, décor d'un film documentaire pendant 3 jours
Rilly-la-Montagne, décor d'un film documentaire pendant 3 jours © production - remise photo

Le camion technique et les huit membres de l'équipe sont installés. Pour la première fois, des personnes vont se livrer. Il n'y a pas d'acteurs professionnels sur ce film, mais des frères et sœurs qui vont témoigner, raconter comment leur proche a basculé dans l'addiction et comment, eux, ont traversé cette épreuve.

L'auteur et producteur du film, Jérôme Adam, tourne dans sa maison natale, car cette histoire est aussi la sienne. Cédric, son frère disparu à l'âge de 35 ans, en 2008, lui a inspiré ce projet. Il veut comprendre, confronter différents regards sur le drame de l'addiction. "J'ai l'intime conviction qu'on va aider beaucoup de monde", dit-il. "C'est important aussi pour moi, car j'ai une fille de dix ans."

Une vraie quête

Pour réaliser " Tout pour être heureux ? ", Jérôme Adam a fait appel à Olivier Fély-Biolet, un Picard qui l'avait profondément touché avec " Ces traces qui restent", un documentaire historique tourné en 2018, sur le régime de prisonniers politiques. "On s'est d'abord parlé au téléphone," raconte le réalisateur.

"J'ai été très ému par son histoire personnelle. Cela a tout de suite "matché" entre nous. On a la même envie de parler de sujets forts, sans faire dans le pathos. C'est un fonceur qui veut communiquer, comme moi ... Ici, à Rilly-la-Montagne, on a des conditions de tournage idéales. La lumière est belle. On pourra faire de belles images. Et concernant les témoins qui interviennent dans le film, je n'ai pas échangé sur le fond avec eux, mais je les ai rassurés, en leur parlant du dispositif."

L'histoire d'une vrai quête
L'histoire d'une vrai quête © production - remise de document

Un tournage perturbé par la Covid 19

Au mois de janvier, le tournage avait commencé dans la Marne, au stade Auguste Delaune, à Reims, notamment.

"Nous avions ensuite prévus des repérages à Barcelone, Bordeaux et Nanterre", indique Jérôme Adam, "mais le confinement a tout interrompu. On a perdu du temps, et maintenant, on enregistre un embouteillage pour la sortie des films…La semaine prochaine on est inscrit pour le festival "Sunny Side of the docks" qui aura lieu en ligne à La Rochelle.

On compte y prendre des contacts pour notre financement et également trouver des distributeurs car pour l'instant, on ne sait pas quand notre film sera diffusé. On aimerait en faire un long-métrage de quatre-vingt-dix minutes…"

Dans les prochaines semaines, le tournage se prolongera à Barcelone, puis Bordeaux. Ensuite, l'équipe reviendra dans la Marne pour une séquence pendant les vendanges.

Olivier Fély-Biolet espère pour sa part, pouvoir plus tard tourner une fiction avec Jérôme Adam.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture société cinéma documentaires drogue santé