Affaire Vincent Lambert : son neveu réclame 1000 euros par jour au CHU de Reims

François Lambert, le neveu du patient en état végétatif, a entamé une procédure de demande d'astreinte pour contraindre le CHU de Reims à relancer la procédure d'arrêt des soins. Il réclame 1000 euros par jour à l'hôpital. Il est l'invité ce mercredi du 19/20.

Quatre mois après, François Lambert, le neveu de Vincent Lambert estime que la décision de la cour d'appel de Nancy n'a pas été exécutée alors que le CHU de Reims avait indiqué qu'il s'y "conformerait". Il réclame 1000 euros par jour à l'hôpital tant que la procédure d'arrêt des soins ne sera pas reprise.

Le 16 juin, la Cour administrative d'appel de Nancy avait enjoint le CHU de Reims de reprendre la réflexion sur l'arrêt des traitements de Vincent Lambert, ce patient plongé dans un état végétatif depuis 2008 à la suite d'un accident.

François Lambert est l'invité ce mercredi 12 octobre du 19/20

François Lambert, le neveu du patient en état végétatif, a entamé une procédure de demande d'astreinte pour contraindre le CHU de Reims à relancer la procédure d'arrêt des soins. Il réclame 1000 euros par jour à l'hôpital. Il est l'invité ce mercredi du 19/20. ©France 3 Champagne-Ardennne

"Le CHU est dans l'opacité totale. Je suis incapable de savoir ce qu'ils font", indique-t-il sur France 3 Champagne-Ardenne. "J'ai fait envoyer un huissier. La directrice générale [de l'hôpital] m'a opposé le secret médical, alors que je fais partie de la famille de Vincent, donc je devrais pouvoir savoir. Il en va de même pour Rachel, son épouse, qui ne sait pas non plus ce qu'il se passe."

"Le CHU fait en sorte de ne rien dire, de mettre la tête dans le sable. Il attend patiemment que les parents de Vincent fassent procédure sur procédure pour ne rien faire", ajoute-t-il.

"Clairement le CHU a choisi son camp"

François Lambert affirme que le CHU de Reims a clairement choisi une partie, celle des parents de Vincent Lambert, opposés à l'arrêt des soins. "Clairement le CHU a choisi son camp, il a une stratégie. Il fait un ping-pong avec les parents de Vincent, qui se chargent d'occuper le terrain, de faire des procédures pour donner des excuses au CHU pour ne rien faire."

Le CHU de Reims, joint ce mercredi après-midi, se refuse à tout commentaire sur la nouvelle procédure entamée par François Lambert.

Le neveu de Vincent Lambert en appelle désormais à l'État et à la ministre de la Santé. "C'est le boulot de Marisol Touraine de faire que cet arrêt [d'arrêt des soins, ndlr] soit respecté. Si le CHU ne prend pas ses responsabilités, c'est à sa ministre de tutuelle de prendre ses responsabilités. Si elle ne le fait pas, ce sera au président de la République de le faire."


Le feuilleton judiciaire n'est pas fini. Le Conseil d'Etat va une nouvelle fois se prononcer d'ici quelques semaines sur les suites à donner à la décision de la Cour d'appel de Nancy car cette dernière, selon le Monde répond à François Lambert que dans la mesure où sa demande (c.a.d l'arrêt des traitements) présente une "difficulté de droit sérieuse", elle fait le choix de la transmettre au Conseil d'Etat. 

De plus, le Conseil d'Etat a également été saisi le 16 août d'un pourvoi en cassation par les parents de Vincent Lambert qui contestent la décision du 16 juin. Ils ont aussi déposé un pourvoi devant la Cour de cassation pour contester le choix de Rachel Lambert comme tutrice légale à son époux.

La famille de Vincent Lambert se déchire sur son sort depuis plusieurs années. D'un côté, sa femme Rachel, son neveu François sont pour l'arrêt des soins. De l'autre, ses parents s'y opposent.


L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité