Agression d'un photographe à Reims : la garde à vue de l'individu interpellé est prolongée

Le procureur de la République annonce qu'un individu majeur a été interpellé ce lundi et placé en garde à vue pour tentative de meurtre aggravé, deux jours après la violente agression de notre confrère de "L'Union" à Reims.

 

 

Des exemplaires du quotidien "l'Union" à Reims le 28 février 2021, après la violente agression du photojournaliste Christian Lantenois.
Des exemplaires du quotidien "l'Union" à Reims le 28 février 2021, après la violente agression du photojournaliste Christian Lantenois. © David Caldas / FTV

Le communiqué envoyé par le Procureur de République de Reims est parvenu aux rédactions ce lundi 1er mars après 19h30. "J’ai l’honneur de vous faire savoir que dans le cadre de l’enquête criminelle ouverte samedi dernier des  chefs de tentative de meurtre aggravé et non assistance à personne en péril, à la suite de l’agression d’un journaliste photographe du quotidien l’Union, dans le quartier Croix rouge de Reims, un individu,  majeur,  a été interpellé  ce jour en fin d’après midi par les services de police du commissariat de Reims  et placé en garde à vue pour tentative de meurtre aggravé" nous informe ainsi Matthieu Bourrette.

En fin d'après-midi ce mardi, le magistrat indique dans un communiqué que la garde à vue de l'individu est prolongée.

Deux plaintes déposées par le journal

Plus tôt dans l'après-midi de ce lundi, deux jours après cette terrible agression survenue dans le quartier Croix-Rouge à Reims, la direction du quotidien L'Union annoncait sur son site internet avoir "déposé plainte pour les faits de tentative de meurtre dont notre collègue Christian Lantenois a été victime, samedi 27 février, devant la médiathèque Croix-Rouge à Reims".

On apprenait également  qu'une seconde plainte a été déposée par le journal " pour atteinte à la liberté de la presse et destruction de bien privé, en l’occurrence l’appareil photo de notre collègue".

Appel à témoins

La police a lancé un appel à témoins ce lundi pour tenter de déterminer les circonstances de la violente agression de notre confrère, dont les auteurs n'ont pas été interpellés. "Samedi 27 février entre 15 heures et 15 h 10, une personne était violemment agressée rue Jean-Louis-Debar, à proximité de la médiathèque Croix-Rouge. Une enquête est ouverte afin de déterminer les circonstances de cette agression", indique cet appel à témoin, publié par l'AFP, selon la communication de la Sûreté départementale, confirmant une information de l'Union.

Tout témoin ayant des informations susceptibles d'aider les enquêteurs est invité à contacter le commissariat de police de Reims", au 03 26 61 44 00


On peut y lire que "tout témoin ayant des informations susceptibles d'aider les enquêteurs est invité à contacter le commissariat de police de Reims", au 03 26 61 44 00, un numéro accessible 24 heures sur 24". L'enquête, ouverte pour tentative de meurtre est toujours en cours. Christian Lantenois, 65 ans, a été agressé samedi après-midi alors qu'il couvrait des regroupements de jeunes dans le quartier Croix-Rouge. 

Le photo-journaliste s'était spontanément rendu sur les lieux pour accompagner une consoeur, alertée d'une possible rixe, selon la rédaction en chef du journal. Il était resté en retrait de sa collègue, dans sa voiture floquée du logo du journal. Il a été retrouvé vers 15H30 près du véhicule, en marge des attroupements, "au sol" et saignant "au niveau des oreilles", selon le préfet de la Marne Pierre N'Gahane.

Cette agression a suscité des réactions indignées jusqu'au sommet de l'Etat, Emmanuel Macron exprimant le souhait que ses auteurs soient "interpellés au plus vite". 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
médias économie faits divers