• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

Breakdance aux Jeux Olympiques, le regard d'un spécialiste

Ismael Taggae a ouvert une école de danse urbaine en 2016 à Reims. / © Facebook / Ismael Taggae
Ismael Taggae a ouvert une école de danse urbaine en 2016 à Reims. / © Facebook / Ismael Taggae

Double champion du monde de breakdance, le Rémois Ismael Taggae suit avec attention la possible entrée de sa discipline aux JO. Les organisateurs de Paris 2024 ont proposé ce 21 février, 4 nouvelles disciplines, dont le breakdance. Le Comité international olympique se prononcera en décembre 2020.

Par Grégoire Schott

Au même titre que le surf, l'escalade et le skate-board, le breakdance est pressenti pour intégrer le programme des Jeux olympiques d'été 2024 à Paris. Les discussions sont en cours. Ces sports s'ajouteraient aux 28 sports déjà au programme. Ils doivent encore être validés par le Comité international olympique (CIO), en décembre 2020. Le
breakdance, une danse acrobatique issue de la culture hip-hop, ferait sa première apparition aux Jeux olympiques en 2024 alors que les trois autres sports sont déjà invités à Tokyo-2020.

Ismael Taggae est un spécialiste de la discipline. Ce Rémois a été sacré champion du monde en 2003. Il enseigne désormais son art dans une école dédiée aux danses urbaines ouverte il y a trois ans (Le Studio 511). Cette perspective olympique, il l'accueille de manière positive tout en émettant quelques réserves. "L'année dernière, le breakdance figurait au programme des Jeux Olympiques de la Jeunesse, et cela s'est bien passé, rappelle-t-il. Le hip-hop est une source d'énergie positive et cela peut plaire au comité olympique qui cherche à rajeunir l'image des Jeux".

Revoir Ici et pas ailleurs du 13 mars 2017 consacrée au Studio 511, l'école de danse urbaine créée par Ismael Taggae :

Il reste en revanche prudent quant à l'avenir de sa discipline en cas d'entrée aux JO. "Le breakdance est par nature synonyme de liberté. Chacun s'exprime avec son caractère et son style. Faire partie des Jeux risque de nous obliger à nous confronter à des règlements".

Aujourd'hui, les "battles" de breakdance font l'objet d'une notation par des juges, ce qui est parfois sujet à débat. On ignore encore quels critères seraient pris en compte pour apprécier la performance des compétiteurs aux JO. 

Si Ismael Taggae n'attend pas forcément de retombées en terme de pratiquants, son école accueillant déjà environ 600 personnes, l'exposition médiatique, elle, ferait entrer le breakdance dans une autre dimension.

Quand est apparu le breakdance aux JO ?

Le breakdance est apparu aux Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ) de Buenos Aires en 2018, sous forme de duels ("battles") départagés par des juges. Les candidats pouvaient se qualifier en envoyant une vidéo en ligne. Cette discipline est rattachée à la Fédération mondiale de la danse sportive (WDSF).

Le CIO et le Comité d'organisation français (Cojo) avaient annoncé que le nombre de sportifs accueillis serait plafonné à 10.500 pour les JO de Paris-2024, ce qui limitait les chances des sports collectifs. Le Cojo avait aussi indiqué que les sports invités ne devaient pas nécessiter de nouvelles constructions d'équipements pérennes.

Sur le même sujet

toute l'actu Danse

Restauration intérieure de la Villa Majorelle à Nancy

Les + Lus