• MÉTÉO
  • SOCIÉTÉ
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS

14/18 : ce qu'il faut savoir sur la reconstruction de Reims

© Romain Berthiot / France 3 Champagne-Ardenne
© Romain Berthiot / France 3 Champagne-Ardenne

Il y a 100 ans, après la fin des combats (en novembre 1918), la ville de Reims est entièrement défigurée. Tout est à reconstruire. Mais la cité des sacres ne va pas se contenter de rebâtir à l'identique. Elle va devenir l'une des villes les plus modernes de l'hexagone.

Par LG avec Charles-Henry Boudet

Une ville détruite à plus de 80%

En novembre 1918, la ville de Reims se relevait de la Grande Guerre. Presque 4 ans de combats qui ont mis à feu et à sang la cité des Sacres. Le défi était celui de la reconstruction. Car derrière la ligne de front se trouvait une ville meurtrie. Reims n'était qu'un amas de pierre où il ne restait que des façades. La ville a été détruite à 80%. Elle payera un lourd tribu après 1.051 jours de bombardement.


1.500 habitants en 1918

De 115.000 habitants en 1913, ils seront seulement 1.500 à vivre dans les décombres après la guerre. La municipalité en place doit faire vite. En 10 ans, la ville doit être reconstruite. Le maire de Reims, Charles Roche, confie alors le projet à un américain, Georges Ford. Architecte auprès de la ville de New-York, il a de grandes idées pour Reims. Faire table rase du plan médiéval et bâtir une ville nouvelle. C'est alors un immense chantier qui commence. L'un des plus importants de France. Les américains donneront plus de 88 millions d'euros à la ville pour effacer les affres de la guerre. Pour reconstruire, la main d'œuvre vient de l'Europe entière. Les ouvriers sont belges, portugais ou polonais. Les immeubles et les maisons sortent de terre à un rythme incroyable. La ville reprend alors vie, Reims gagne des milliers d'habitants chaque année.


La ville renait de ses cendres

Les grands axes routiers, comme le cours Jean-Baptiste Langlet apparaissent. On décore la ville. Chaque architecte vient subtilement graver son emprunte. Les façades sont belles, joyeuses. On essai tant bien que mal d'oublier la guerre. Les styles d'ornements se mélangent. C'est même parfois la confusion des genres dans une esthétique éclectique et singulière. Les propriétaires et les architectes se permettent des fantaisies.
D'un Reims ancien, les habitants redécouvrent une ville moderne, qui bénéficie des dernières commodités. La cité des Sacres sera l'une des premières villes de France à offrir l'eau courante pour les particuliers.

Le coût de la reconstruction de la ville a été estimé à plus de 2 milliards d'euros.


Voir notre reportage

A lire aussi

Sur le même sujet

Recrudescence de piqûres d'insectes

Les + Lus