Coronavirus : une étudiante en médecine enquête sur la santé psychologique de la population du Grand Est en confinement

Pour achever ses études de médecine et obtenir son doctorat, Anais, étudiante en médecine à Reims, décide d'écrire sa thèse sur la santé psychologique de la population du Grand Est en pleine période de confinement. 
Anais Dussart à gauche et un collègue médecin remplaçant, Pierre Antoine Gérard, à l'hôpital de St Dizier
Anais Dussart à gauche et un collègue médecin remplaçant, Pierre Antoine Gérard, à l'hôpital de St Dizier © Document remis
Etudiante à la faculté de Reims, à 28 ans, Anais Dussart est médecin généraliste remplaçant. En ce début avril 2020, elle renforce les équipes de santé au centre hospitalier de Saint-Dizier en Haute-Marne pour accueillir et soigner les malades du Covid-19. "Comment ça se passe chez vous en cette période si singulière de confinement ?" Pour répondre à cette question, Anais va avoir besoin de vous, habitants du Grand Est, car elle veut tout connaître sur nos comportements quotidiens. 

« J’ai réalisé un questionnaire qui a pour but de recenser les données socio-démographiques et environnementales des répondants, leurs habitudes de vie pendant le confinement. L’évolution de leur consommation de toxiques et la qualité de leur sommeil. Puis j’ai ajouté un questionnaire sur la qualité de vie visant à repérer des symptômes de dépression ou d’anxiété. » Une étude composée d’une soixantaine de questions, qui s’adressent aux personnes entre 20 et 60 ans.

Sa thèse : recenser les habitudes de vie en période de confinement et étudier leurs impacts sur le moral. "Le but ultime est de comprendre quels sont les facteurs qui influent de façon positive ou de façon négative sur votre santé psychologique afin d’en tirer des conclusions pour l’avenir si cette situation venait à se répéter", ajoute Anais.
 

Qui êtes-vous et que faites-vous confinés à la maison ? 

Quelques exemples de questions auxquelles vous devrez répondre: 
« Il s’agit là d’une situation inédite qui modifie profondément nos habitudes de vie. Le Grand Est a été le premier atteint et de façon particulièrement virulente. Sa population a vécu un traumatisme profond. J’ai donc choisi d’adresser ce questionnaire aux habitants de cette région", explique l'étudiante en médecine. 

Pour répondre à ce questionnaire suivez ce lien :
« L’enregistrement de vos réponses à ce questionnaire ne contient aucune information permettant de vous identifier. L’idée est donc bien d’y répondre en toute sincérité, pour ne pas compromettre la fiabilité de l’étude », précise-t-elle en préambule. 

Une étude statistique qui permettra de dresser un bilan sur les comportements de la population du Grand Est en confinement et d’en tirer des conclusions qui aideront certainement à améliorer les conditions de vie des Français dans leur façon d'être.
Anais Dussart a besoin de vous, et qui sait ? Un jour peut-être, c’est vous qui aurez besoin d’elle. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société