Coronavirus : avec la plateforme Co-llectif, à Reims, des bénévoles font les courses des soignants

Les courses à l'heure du confinement. Avec la plateforme Co-llectif, des bénévoles s'en chargent pour vous si vous êtes fragile ou personnel soignant. / © Vincent Voegtlin/ MaxPPP
Les courses à l'heure du confinement. Avec la plateforme Co-llectif, des bénévoles s'en chargent pour vous si vous êtes fragile ou personnel soignant. / © Vincent Voegtlin/ MaxPPP

Vous ne pouvez pas sortir, vous avez plus de 60 ans, vous êtes soignant ou pompier ? La plateforme Co-llectif a pensé à vous. Elle vous met gratuitement en relation avec des bénévoles. A Reims, ils sont déjà 250, prêts à effectuer vos courses de première nécessité.

Par Laurence Laborie

Pour mettre au point cette plateforme, des étudiants de Nantes ont travaillé 17 heures par jour, pendant huit jours. Reims est la première ville à tester ce dispositif qui a une vocation nationale. "On a choisi Reims, car on voulait apporter notre aide à une ville du Grand-Est, très touchée par cette pandémie de Covid-19", explique Maxence Dominici, à l'origine du projet.

Cet étudiant en école d'ingénieur a imaginé avec trois autres collègues le site Co-llectif.fr. Tout a démarré le 14 mars dernier. Deux semaines plus tard, 250 personnes se sont portées volontaires et se sont inscrites, à Reims. Reste à trouver les bénéficiaires.

"En ce moment, on contacte les personnels soignants via le CHU de Reims, la mairie, l'ARS, l'Agence Régionale de Santé, pour présenter notre projet. On veut aider les personnes isolées, seules, âgées, qui ne peuvent pas sortir, mais aussi épauler le personnel médical qui n'a pas forcément le temps de faire ses courses", ajoute Maxence. Il s'agit de courses alimentaires, de première nécessité, des médicaments aussi. 
 
Ces étudiants de Nantes ont mis 8 jours pour imaginer la plateforme Co-llectif.fr. Elle met en relation des bénévoles avec des personnes fragiles ou du personnel médical pour faire leurs courses, pendant le confinement. / © Maxence Dominici
Ces étudiants de Nantes ont mis 8 jours pour imaginer la plateforme Co-llectif.fr. Elle met en relation des bénévoles avec des personnes fragiles ou du personnel médical pour faire leurs courses, pendant le confinement. / © Maxence Dominici
 

Mettre en relation bénéficiaires et bénévoles

Cette plateforme à but non-lucratif met en relation les bénéficiaires avec les bénévoles. Bien sûr, il existe de nombreux exemples de solidarité, d'initiatives, en cette période de confinement. Courses entre voisins, livraison à domicile, coups de pouce de certaines communes, Co-llectif, c'est un peu tout ça, mais de manière encadrée.
 

Ce site s'adresse aux personnes fragiles, mais aussi aux soignants, aux pompiers, policiers, à tous ceux qui passent de nombreuses heures au travail
- Maxence Dominici, fondateur de Co-llectif.fr
 

Maxence et ses collègues n'ont pas eu de difficultés à trouver des bénévoles. Pour se porter volontaire, il faut être majeur, bien portant et surtout respecter les gestes barrières. Parmi les 250 premiers inscrits rémois, des étudiants, des travailleurs au chômage partiel.

Le site est gratuit, ces étudiants de Nantes prennent en charge les frais de serveur, de sécurité. Le célèbre moteur de recherche les aide aussi financièrement pour ces frais annexes. 
 


"Parfois, certaines personnes ont honte de demander de l'aide à leurs amis ou voisins. Là, il suffit d'aller sur la plateforme"

A Reims, l'APEJ, l'Association Pour l'Espoir et la Jeunesse, assiste les jeunes entrepreneurs nantais. Nourdine Chaouch en est le secrétaire. "On partage la même philosophie. Ces étudiants ont fait un travail énorme pour mettre au point ce site web et surtout pour l'intérêt général. J'ai rarement trouvé une plateforme plus aboutie que celle-là", se réjouit Nourdine. 

Reims est donc la première ville à expérimenter Co-llectif, mais l'application doit se développer et s'étendre sur toute la France. "C'est une appli solidaire, utile à tout citoyen, et qui permet de tisser du lien social. Parfois, certaines personnes ont honte de demander de l'aide à leurs amis ou voisins. Là, il suffit d'aller sur la plateforme. Et pour le personnel médical, débordé, c'est un atout considérable. On fait leurs courses, on les dépose à l'heure qu'ils veulent, devant leur porte. C'est vraiment très intéressant", ajoute le membre de l'APEJ. 

Si Nourdine est déjà convaincu de l'utilité de Co-llectif, il faut maintenant communiquer. Maxence et ses collègues de Nantes espèrent que d'ici quatre-cinq jours, les premières demandes de bénéficiaires arriveront. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus