Coronavirus : pourquoi l'école “ne reprendra pas le 4 mai”, selon la rectrice de l'académie de Reims

La rectrice de l'académie de Reims, Agnès Walch Mension-Rigau, en février dernier. / © Marc Schmitt / France Télévisions
La rectrice de l'académie de Reims, Agnès Walch Mension-Rigau, en février dernier. / © Marc Schmitt / France Télévisions

Lors d'une conférence donnée le lundi 6 avril, à quelques jours du début des vacances de printemps, la rectrice de l'académie de Reims, Agnès Walch Mension-Rigau, a fait le point sur le fonctionnement de l'école à la maison et écarté l'éventualité d'un retour dans les écoles au 4 mai.

Par Marc Schmitt

Elle le dit tout net : "je ne suis pas dans le secret des dieux". Mais la rectrice de l'académie de Reims, Agnès Walch Mension-Rigau n'en a pas moins son "intime conviction" sur la question d'un retour physique des élèves sur les bancs de l'école. a ne reprendra pas le 4 mai (date donnée il y a quelques jours par le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer, Ndlr), bien évidemment", ajoute-t-elle. D'abord parce que nous commençons seulement à avoir un pallier de stabilisation, or il faudra rajouter au moins quatorze voire vingt-et-un jours quand les médecins et les scientifiques auront défini que nous serons dans une période de décrue des admis à l'hôpital et donc des malades."
 

Reprise mi-mai, pas avant

"Probablement, on ne pourra pas reprendre avant la mi-mai, affirme la rectrice. Et puis surtout, il est acquis que le déconfinement se fera par étapes. Donc va-t-on sortir par zone ou va-t-on d'abord faire sortir les régions peu atteintes, y aura-t-il des sorties par âge, par activité économique ? Je n'en ai aucune idée. Toujours est-il que la reprise à l'Education nationale ne se fera pas en un jour. Il va d'abord falloir désinfecter l'ensemble des établissements scolaires ensuite, il faudra faire revenir les professeurs comme dans une pré-rentrée pour que les chefs d'établissements remettent bien leurs troupes en ordre de bataille, voire combien de temps il reste jusqu'au 4 juillet et puis, après, peut-être qu'il y aura une rentrée échelonnée des élèves. Je pense donc qu'après le retour des vacances nous aurons encore au moins une quinzaine de jours d'école à la maison."

Avant des vacances de printemps qui débutent ce samedi 11 avril, la rectrice a également tiré le bilan de ces trois semaines d'école à la maison. "On n' a plus les problèmes de connection que nous pouvions avoir sur les Espaces numériques de travail, le système fonctionne. Et ce qui fonctionne encore mieux ce sont les classes virtuelles du CNED. Cela semble très apprécié : 22.000 classes ont été créées, il y a dix fois plus de classes qu'il y a quinze jours et le chiffre ne cesse de progresser dans l'académie", s'est félicitée la rectrice.

La continuité pédagogique est vraiment devenue une réalité pour tout le monde
Agnès Walch Mension-Rigau, rectrice de l'académie de Reims

"Je voudrais aussi signaler l'extraordinaire inventivité des enseignants qui sont en train vraiment de construire une école nouvelle, du numérique, et qui sait préserver le lien humain. J'ai regardé des petites capsules vidéos que les professeurs envoient à leur classe, c'est toujours fait de manière très bienveillante, avec beaucoup de bon sens et beaucoup de chaleur humaine."

 


La rectrice n'a toutefois pas caché de grosses difficultés à combler la fracture numérique liée à l'absence de matériel informatique chez certains élèves.  "J'ai sollicité des collectivités territoriales et régionales quand elles avaient encore du matériel informatique qu'elles pouvaient prêter donc ça existe mais c'est encore trop peu. Pour les élèves qui n'ont pas de connexion internet, un partenariat a été conclu au niveau national avec la Poste et les enseignants sont invités à déposer le matériel pédagogique sous forme de fichier dans une application que la Poste leur dédie. La Poste imprime les documents et les fait partir sous enveloppe avec une enveloppe T pour le retour. C'est parfois compliqué mais au moins cela a le mérite d'exister. Eviter l'élargissement de la fracture sociale, c'est notre grande préoccupation, mais il faudra faire encore beaucoup d'efforts."
 

L'accueil des enfants des personnels soignants assuré pendant les vacances

Concernant cette fois les vacances, qui débutent donc pour l'académie de Reims ce samedi 11 avril, la rectrice a été claire. "Ce qui s'arrête, ce sont les cours. Je veux que ces vacances soient de vraies vacances. Il faudra revenir en forme. On a besoins de couper mais les enseignants peuvent donner du travail à la maison, comme ils le font d'habitude, pour la rentrée. Je souhaite surtout que les familles continuent à être appelées." 

Arrêter une organisation à distance comme celle-là comporte quelques risques, il faut donc tout faire pour éviter les décrochages. "Il faut que le lien soit maintenu. On va prendre de leurs nouvelles, des nouvelles de leur santé une fois par semaine par mail, SMS ou par téléphone pour également qu'à l'issue de ces vacances, tout le monde soit prêt à reprendre la classe à la maison."
 

Pas d'interruption en revanche, concernant l'accueil des enfants de soignants. "Les mêmes centres seront ouverts mais parmi les volontaires qui viennent aider nous espérons, en plus du personnel de l'Education nationale, avoir aussi le soutien d'employés des collectivités et des associations selon des dispositifs qui sont départementaux."
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus