Le court-métrage rémois Monstrus Circus multi récompensé

Le court-métrage Monstrus Circus, du réalisateur rémois Jordan Inconstant, a reçu quatre prix au festival italien Oniros. Le film sera diffusé au cirque de Reims lors des journées du patrimoine le 21 septembre prochain.

Le court-métrage Monstrus Circus a été primé à quatre reprises au festival italien Oniros
Le court-métrage Monstrus Circus a été primé à quatre reprises au festival italien Oniros
"J'adore le court-métrage, c'est un format libre, avec peu de contraintes." Jordan Inconstant, le réalisateur de Monstrus Circus, ne boude pas son plaisir. Son court-métrage de 30 minutes a reçu pas moins de quatre prix au festival italien Oniros le 24 août dernier : meilleurs effets spéciaux, costume, marquillage et une mention spéciale pour la réalisation. "On était content", lâche-t-il timidement, le ton enjoué. "Ça fait plaisir", se réjouit Nicolas Fournelle, maquilleur du film.
 

Trois ans de travail

En tout, il aura fallu trois ans pour que le film voie le jour. Un an de préparation, un de tournage et encore une année supplémentaire pour la post-production. Trois ans et trois lieux de tournage, puisque le film a été réalisé dans trois pays : la France (à Nîmes, Reims et Paris), l'Ecosse et la Suisse. Un an de tournage où le maquillage, qui occupe une grande place dans le film, a mobilisé Nicolas Fournelle presque à plein temps. Un "défi", selon lui et le réalisateur.

Tous les acteurs étaient maquillés et portaient des prothèses (nez de clown, mâchoires carrées, des pustules...). Il y avait toutes les techniques possibles présentes et beaucoup de matériaux différents. 
- Nicolas Fournelle, maquilleur. 

 
"Tous les jours, je devais reproduire le maquillage de chaque personnage", raconte le Rémois Nicolas Fournelle.
"Tous les jours, je devais reproduire le maquillage de chaque personnage", raconte le Rémois Nicolas Fournelle. © Monstrus Circus

Pas étonnant que le fardage ait pris une place prépondérante dans les préparatifs du film. Monstrus Circus se déroule au début du XXe siècle et raconte l'histoire d'une troupe de cirque menée par un magicien soucieux de rendre ses spectateurs plus tolérants. Il leur propose un spectacle de monstre, non pas pour exposer leurs défauts physiques mais faire accepter leur différence. Les visiteurs récalcitrants se voient propulsés sur la scène et se transforment à leur tour.

"Je m'attache souvent à des personnages étranges", souligne le réalisateur rémois. Une manière selon lui efficace pour diffuser une morale simple et rendre hommage au film des années 1930 Freaks. "Ce qui m'a séduit, c'est à la fois la morale du film et le défi côté maquillage, explique Nicolas Fournelle. C'est pour moi le projet le plus complet de ma carrière. Quand il me l'a proposé, j'ai de suite accepté. Je savais que j'en aurais pas d'autre."
 

Un cirque sans animaux

"Le tout sans animaux", précise Jordan Inconstant. Un aspect primordial pour le réalisateur, qui conscrera son prochain court-métrage à la défense des loups.

J'étais récemment au festival du cirque Fringe en Ecosse, qui se déroule sans animaux. Je suis fasciné par l'univers du cirque, mais je n'aime pas y voir les animaux. Je trouve que cela donne un aspect mélancolique.
- Jordan Inconstant, réalisateur de Monstrus Circus.

Pour les curieux, le film sera diffusé au cirque de Reims le 21 septembre prochain, à l'occasion des journées du patrimoine. Et promis, les récalcitrants resteront comme ils sont venus.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture