L'adaptation en BD du roman "Petit Pays" de Gaël Faye sort en librairie, un Marnais réalise les dessins

Après le succès de son roman "Petit Pays" en 2016, Gaël Faye, auteur-compositeur-interprète, l'adapte en bande dessinée grâce à l'aide de Marzena Sowa, scénariste et Sylvain Savoia, dessinateur originaire de la Marne. Un challenge pour ce trio d'artistes.

Ce vendredi 12 avril 2024 sort en librairie la bande dessinée Petit Pays, aux éditions Dupuis, l’adaptation du roman à succès, sorti en 2016, du Franco-Rwandais Gaël Faye. Une BD qui évoque le génocide des Tutsis au Rwanda à travers les yeux d’un enfant.

Le scénario a été construit par Marzena Sowa. Et derrière les coups de crayon se cache Sylvain Savoia, né à Reims. Il a prêté son trait poétique et réaliste à cette histoire poignante. "C'est la concrétisation de plusieurs années de travail", assure le dessinateur.

Un travail de sept années

Pour cause, le trio d'artistes a travaillé depuis sept ans sur ce projet. Ils se sont rencontrés grâce à leurs éditeurs respectifs. Très vite, l’alchimie entre ces trois personnalités et sensibilités a fonctionné. "Je leur ai fait confiance d’entrée de jeu. J'étais une personne-ressource, c’est comme ça que s’est construite la BD", livre Gaël Faye. L'artiste a envoyé des photos de son enfance, mais aussi a incité Sylvain Savoia et Marzena Sova à regarder des documentaires sur le sujet afin de s'imprégner au mieux son histoire.

Pour la scénariste, ce projet était un défi à de nombreux niveaux. "Il fallait faire une traduction de ce roman dans le langage de la BD. Le roman, on le lit différemment, cela reste flou dans la tête. Avec la BD, il fallait plaquer les images pour créer un pan entre l'histoire de Gaël et les dessins de Sylvain", explique Marzena Sowa.

Petit Pays raconte l’histoire de Gaby, un enfant franco-rwandais qui voit son quotidien avec celui de ses copains, mais aussi de sa famille, bousculés par la guerre civile et le génocide des Tutsis.

Une histoire bouleversante inspirée par l’enfance de Gaël Faye au Burundi. Un sujet difficile où le dessinateur avait une responsabilité forte pour transmettre ce récit. 

"Il y a une responsabilité forte par rapport à l’illustration"

"Ce n'est pas simple d’adapter un roman aussi fort et personnel. Je dois être juste dans ce que je veux montrer, dans la manière de faire vivre les personnages de façon que ce soit par rapport à ce que Gaël Faye a vécu", souligne ce Marnais.

Ce n'est pas simple d’adapter un roman aussi fort et personnel

Sylvain Savoia, dessinateur

C’est dans sa maison dans l'Aisne que Sylvain Savoia a réalisé les 120 pages de cet ouvrage. De son trait à la fois expressif et réaliste, il a dessiné l’innocence joyeuse de l’enfance, mais aussi l’horreur du génocide rwandais.

"Je l’ai faite de manière assez décalée. Je voulais montrer cette réalité, mais ce n'est pas le propos. Ce sont ces enfants", explique Sylvain Savoia. L'artiste explique que ce travail de longue haleine se fait en plusieurs étapes. Il faut d'abord travailler en noir et blanc puis arrive les couleurs. Le dessinateur travaille lui-même sa palette avec l'aide d'un aplatiste, qui apporte une aide précieuse dans la mise en place des couleurs numériques.

"Cela prend une autre profondeur avec la couleur derrière", explique-t-il avec passion. La couleur lui permet de passer d’une ambiance lumineuse à une séquence plus sombre. En prime, cela donne un album poignant et à découvrir ce vendredi 12 avril 2024 en librairie.

Avec Isabelle Griffon / FTV