Livre : l'expérience de Colbert pour réindustrialiser la France et l'Europe

Le 7 septembre 2020, à la foire de Chalons-en-Champagne, dans la Marne, une conférence aura pour thème : "Peut-on réindustrialiser la France et l'Europe en s'inspirant du colbertisme ?" L'économiste  Marc-Daniel Seiffert défend cette thèse avec son livre consacré à l'œuvre de Colbert.
 

Sorti au mois de février 2020, le livre "Colbert. Une source d'inspiration pour les décideurs d'aujourd'hui", fait le lien entre les actions de l'homme d'Etat né à Reims et le monde d'aujourd'hui
Sorti au mois de février 2020, le livre "Colbert. Une source d'inspiration pour les décideurs d'aujourd'hui", fait le lien entre les actions de l'homme d'Etat né à Reims et le monde d'aujourd'hui © Raphaël Doumergue/France Télévisions
"Je suis un petit rémois du quatrième canton ", raconte Marc-Daniel Seiffert. A l'époque, à l'école, on apprenait l'histoire autour de grands hommes, dont Colbert, né à Reims en 1619. Il était un modèle d'homme d'Etat, incorruptible, qui avait redressé un pays ruiné. "

Marc-Daniel Seiffert, aujourd'hui maître de conférences, associé au laboratoire du CNRS de Toulouse, salue l'œuvre de ce personnage qui a marqué l'histoire de France. Il a coordonné un livre paru le 13 février dernier, aux éditions Eyrolles et intitulé "Colbert. Une source d'inspiration pour les décideurs d'aujourd'hui" avec Jean-Paul Méreaux, directeur du département de gestion de l'Université de Reims.
Marc-Daniel Seiffert a coordonné une solide équipe pour passer au crible les actions de Colbert
Marc-Daniel Seiffert a coordonné une solide équipe pour passer au crible les actions de Colbert © Raphaël Doumergue
 

Le Code noir

Le ministre de Louis XIV a d'ailleurs récemment été sous le feu des projecteurs puisque, mardi 23 juin, sa statue présente devant l'Assemblée Nationale, a été taguée avec les mots "négrophobie d'Etat". On lui reproche notamment la rédaction du Code noir, qui rassemble toutes les dispositions réglant la vie des esclaves noirs dans les colonies françaises.

Une question qui n'est pas éludée dans cet ouvrage, écrit bien entendu avant cette polémique. Pour Marc-Daniel Seiffert, "c'est injuste et contre-productif de lui reprocher ce document ", d'ailleurs signé par son fils deux ans après sa mort, en 1683. "L'esclavagisme est un crime contre l'humanité, qu'il ne faut pas réduire à Colbert. Il ne faut pas en faire un bouc-émissaire. L'esclavagisme existe depuis des milliers d'années, et a été pratiqué par tous. Arrivé aux affaires, Colbert a voulu créer un empire colonial et il est entré dans le système du commerce triangulaire. Ses conditions étaient horribles. Mais il a voulu "adoucir" les conditions de l'esclavage. Il l'a fait pour des raisons économiques, d'abord, car il considérait qu'il était aberrant de détruire la main-d'œuvre qu'il avait fallu importer et que les planteurs traitaient fort mal.

Il l'a fait également pour des raisons politiques. Il voulait qu'une seule loi s'applique, celle de l'Etat. Il voulait que les planteurs obéissent à la loi. Le Code noir a été peu appliqué car les planteurs le trouvaient trop "gentil" et de toute façon, il n'y avait pas assez de fonctionnaires pour contrôler son application. Sous Louis XV, après la mort de Colbert, on a refait le Code noir et on l'a aggravé pour les esclaves."


Un livre voulu grand public et fondé scientifiquement 

Mais le livre va bien entendu au-delà de cette seule question. Marc-Daniel Seiffert et Jean-Paul Méreaux se sont ainsi entourés de spécialistes : le juriste, Hervé Groud, pour un chapitre consacré à la création d'un budget rigoureux, Georges Magnier, directeur des musées de Reims, pour les lieux et monuments portant le nom de Colbert, Sébastien Bontemps, de l'Ecole du Louvre, pour évoquer Colbert, patron des arts, Gérard de Beaumarchais, pour la création de l'Académie des Sciences, et l'organisation de la recherche, Colette et Jean-Pierre Thieffaine, pour le développement de la forêt, Xavier Deroy, pour la question de l'industrie pharmaceutique, enfin, Olivier Cuissart, pour l'agriculture. Bref, autant dire que l'influence de Colbert est passée au crible et que découvrir le collectif qui a travaillé sur cet ouvrage, c'est aussi réaliser l'étendue des domaines dans lesquels l'homme d'Etat est intervenu.
 
"Colbert était un ambitieux qui avait un projet collectif ", considère Marc-Daniel Seiffert. C'était un homme de terrain, parti de très bas. Après avoir occupé des emplois subalternes, il a été remarqué et présenté à Mazarin. Devenu son conseiller privé, puis gestionnaire de sa fortune, on lui a vite confié des tâches politiques. C'était un pragmatique qui voulait que la France retrouve sa souveraineté économique."
La statue de Colbert devant le rectorat à Reims
La statue de Colbert devant le rectorat à Reims © Raphaël Doumergue/France Télévisions


Un cocktail public- privé avec une dose de protectionnisme

Le livre décrit la stratégie de Colbert et met en avant les grandes lignes de sa pensée. "Au dix-septième siècle, l'industrie du verre était monopolisée par les Vénitiens. Colbert, grâce à des espions, a corrompu des ouvriers et obtenu des secrets de fabrication. Cela lui a permis d'ouvrir une première manufacture, faubourg Saint-Antoine. Ayant trouvé une nouvelle technique, il a ensuite créé Saint-Gobain. Toutes les activités, il les protégeait, jusqu'à ce qu'elles deviennent puissantes. Son protectionnisme a été copié. Il est utile au début d'un développement industriel. Son modèle économique a inspiré de nombreux dirigeants. Deng Xiaping, (numéro un de la République Populaire de Chine, de 1978 à 1992 ), a d'ailleurs été surnommé le Colbert chinois".


Inspirer les décideurs d'aujourd'hui

Marc-Daniel Seiffert participe au groupe de travail du Grand-Est, sur la réindustrialisation de la France et de l'Europe. La crise du covid19 a mis en lumière de nombreuses fragilités, dans le domaine de la santé, notamment. "Il faudrait décider qu'elles sont les industries stratégiques comme l'agriculture ou le numérique, car nous dépendons trop des autres continents, assure Marc-Daniel Seiffert. On n'est pas arrivé à construire un Airbus du numérique. On a raté cette révolution. Maintenant, il faut réfléchir de manière très méthodique, comme Colbert. Le colbertisme du vingt-et-unième siècle n'est pas forcément étatique. Il faut réfléchir au volontarisme de la France et de l'Europe, face à la Chine et aux Etats-Unis."
 

Il faut d'abord réaliser un état des lieux de l'économie française et européenne, mondiale, par filière, et être avant tout pragmatique, comme l'était Colbert

Marc-Daniel Seiffert, coordinateur d'un ouvrage sur Colbert



"Il faut parfois faire intervenir l'Etat, d'autres fois c'est au privé qu'il faut faire appel. De nombreuses questions se posent à nous. Par exemple : comment refaire de la nourriture pour animaux chez nous, comment mettre un terme à la déforestation ?"

Marc-Daniel Seiffert rappelle que Colbert était aussi un protecteur des arts et des lettres. "Il avait compris que l'influence d'un pays passe également par le prestige de ses arts et de ses sciences. Il est important de se rassembler, de donner de l'enthousiasme et des perspectives à long terme."


Un jeune ambitieux

Jean-Baptiste Colbert appartenait à une famille rémoise puissante qui pratiquait le commerce international de luxe. Après des études au collège des jésuites, écourtées par la ruine de son père, il a voulu s'élever, pénétrer l'appareil d'Etat. "Il a exercé de nombreux métiers, ce qui lui a permis de découvrir la comptabilité.  Il est parti de très bas, raconte encore Marc-Daniel Seiffert. Dans les manuels scolaires, il a l'image d'un grand travailleur, méthodique, pas corrompu."

Celui qui, pour parvenir au pouvoir, a contribué à éliminer Nicolas Fouquet, fait l'admiration de Marc-Daniel Seiffert. Quatre siècles après sa naissance, il considère que la philosophie de Colbert peut inspirer les décideurs d'aujourd'hui.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie histoire culture livres
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter