Marne : l’Institut Catholique de Paris choisit Reims pour ouvrir un nouveau campus de 1 000 étudiants

Attiré par le dynamisme de la Cité des Sacres, l’Institut Catholique de Paris (ICP) va s’implanter en 2021 dans la Maison diocésaine Saint-Sixte. Au programme : 3 licences. 1 000 étudiants venant en priorité de la région sont attendus.
 

La Maison diocésaine Saint-Sixte accueillera les étudiants rémois de l'Institut Catholique de Paris
La Maison diocésaine Saint-Sixte accueillera les étudiants rémois de l'Institut Catholique de Paris © Céline Lang
« Pourquoi avoir choisi Reims ? Pour toute une série de raisons. » Paul Lignières, Vice-Recteur aux relations rxternes, en souligne quatre. D'abord, la vitalité de la ville de Reims. Une ville qui diversifie son économie est attrayante. Les responsables de l'Institut Catholique de Paris veulent prendre part à cette dynamique. Second point : la localisation de la Cité des Sacres et sa proximité avec Paris. C'est la première fois que l'ICP prend ses marques dans une autre ville. « On a été créé en 1875 et nous n’avions jamais quitté le VIe arrondissement ». Faciliter les liens entre les deux sites est primordial. Pour rappel, la capitale n'est qu'à 45 minutes de train.  
 

Troisième raison : inciter les jeunes à rester dans la région. Un défi. De nombreux étudiants de l'académie de Reims partent, plus que dans les autres académies françaises. L'établissement souhaite avant tout admettre des bacheliers Marnais et du Grand Est. « Nous leur permettons de rester dans leur région, proches de leur famille, tout en leur assurant une bonne insertion professionnelle », indique Philippe Bordeyne, Recteur de l’ICP. 

Le dernier motif mis en avant par l'Institut, qui prévoit d’accueillir 1.000 étudiants, est la qualité de vie à la rémoise. « L'offre de logement est plus raisonnable qu'à Paris en particulier pour les étudiants », note Paul Lignières. Un cadre défendu par Arnaud Robinet qui met en avant « une vie culturelle riche », « un réseau de transports publics adaptés » et « des infrastructures sportives, parcs et jardins ». 

 

C’est une source d’attractivité et un vecteur de dynamisme formidable pour notre territoire.

Arnaud Robinet, Maire de Reims



Pour le Maire de Reims, l’implantation de ce nouveau campus augmentera le rayonnement du territoire, comme cela a pu être le cas avec l'arrivée de Sciences Po Paris. L'antenne rémoise accueille, depuis 2017, une grande partie des étudiants en premier cycle. En tout, près de 1.600 étudiants fréquentes ce site dont plus de la moitié sont internationaux.
 
Le cloître de la maison Saint-Sixte à Reims.
Le cloître de la maison Saint-Sixte à Reims. © FTV


Trois cursus proposés

À partir de septembre 2021, l'ICP s'installera dans la Maison diocésaine Saint-Sixte après de légers travaux de rénovation. Les étudiants pourront choisir entre trois parcours : Sciences Sociales, Sciences de l’Éducation et Sciences de l’Information et de la Communication. « On voulait des cursus qui n’existaient pas à Reims, insiste Paul Lignières. On vient en complémentarité de l’offre déjà importante mais pas saturée de l'enseignement supérieur. » 
 

Paul Lignières précise que le campus de Reims sera un campus à part entière avec sa propre bibliothèque, ses propres enseignants, son propre directeur.« Néanmoins, il y aura des liens avec la capitale. » Ces licences sont déjà proposées au sein de l'Institut parisien. D'ailleurs, les directeurs de formation seront les mêmes pour les deux sites. « Les passerelles avec Paris seront fréquentes. » Par exemple, pour y poursuivre un master. 

La communauté urbaine du Grand Reims s’est engagée à hauteur d'un million d'euros pour accompagner ce projet.

Grand Reims


L'établissement étant privé, le coût des études sera calculé en fonction du revenu des familles. Plus discret à ce sujet, le Vice-Recteur compare : « On est largement en-dessous des écoles de commerce. Notre volonté, c’est vraiment d’accueillir des étudiants de milieux diversifiés. » En fonction des formations, l'année devrait osciller entre 2.000 et 8.000 euros avec un tarif plus avantageux pour les boursiers. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société